👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Film derangeant, la plateforme suscite sur SC des critiques extremement agressives (et assez nulles d'ailleurs ) sur sa "vacuité", son "absence de sens", son formalime "à la sauce nextflix" etc.... notules écrites par des personnes qui manifestement expriment plus une réaction viscerale, une colere, ou un degout, qu'une analyse critique d'un film.

C'est donc un bon départ pour voir le film.

Car oui, évidemment on parle de lutte des classes, dans ce film, et de sa persistance, et du fait que si peu change ; cf les fameux "premier de cordée" c'est de notre bien-aimé président, que leur supposé "mérite" autorise à bien (trés bien, trop) se servir.

On y parle sociologie comportementale des foules avec l'incapacité des participants, alors meme qu'ils comprennent la sadisme du systeme, à le contrecarrer (remember l'experience de milgram ?).

On y parle litterature, avec une évidence flagrante quand on a lu Don Quichotte (de Miguel Cervantes) aidé de son fidéle écuyer Sancho Panza, qui partent vers un combat perdu d'avance (les fameux moulins dont la platerforme est une métaphore) ; avez-vous-vu a quel point le "heros" ressemble à la représentation habituelle de Don quichotte ?

On y parle de liberté individuelle, de principe moraux, et de la faiblesse humaine quand on est contraint de les abandonner pour survivre.

On y parle de gore, de cannibalisme, de sadisme, et de la facilité à lauqlle certains s'y adonnent.

On y évoque même en filigrane le final du chef d'oeuvre de Terry Gilliam, le magnifique Brazil, et sa fin nihiliste, puisque tout à la fin, la panacota remontera mais ne provoquera rien, et certainement pas la fin du systeme (cf la scene de milieu du film) car le message de revolte ne sera pas compris (l'épisode du cheveu)

la petite fille n'existe pas pour ceux qui n'ont toujours pas compris, et notre héros est mort sans doute quand il est etranglé


Bref, beaucoup de niveaux de lecture, et je suis désolé que certains n'en ait vu aucun...

atthegates
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 2 ans

La Plateforme
Sergent_Pepper
6

Le festin d’en bas : diète

L’apologue, qui consiste à passer par la fiction pour véhiculer un discours moral, trouve toujours sa force dans la capacité à construire une image. Le recours à l’allégorie, la personnification ou...

Lire la critique

il y a 2 ans

123 j'aime

11

La Plateforme
AlexandreSuberbielle
8

Un robin des bois de la sci-fi

Ce film tombe au bon moment, il y a beaucoup de similitudes avec l'actualité, les prisonniers des premiers étages sont les mêmes personnes qui se jettent sur les supermarchés pour empiler du PQ chez...

Lire la critique

il y a 2 ans

66 j'aime

8

La Plateforme
RaVz
4

Non.

Ce film est une métaphore de la lutte des classes. C'est tout. Le scénario ne va pas plus loin, les personnages n'ont pas d'âmes mais seulement des fonctions, le film n'apporte pas de réponses, ne...

Lire la critique

il y a 2 ans

60 j'aime

42

La Guerre des mondes
atthegates
6

la guerre des mots

Meme dans une oeuvre de fiction doit prévaloir une cohérence, celle d'un arc narratif qui nous emmene d'un point A à un point B, de façon peut etre invraisemblable, mais logique. Au catch ca...

Lire la critique

il y a 2 ans

14 j'aime

1

The Dirt
atthegates
6
The Dirt

Motley crue : pas faux mais pas fou.

Annoncé comme un événement à la gloire de la folie du groupe et de ses membres, la filmo romancée de Motley Crue laisse le fan de première heure - moi - un peu en manque de folie justement. Oui, on a...

Lire la critique

il y a 3 ans

10 j'aime

1

L'Arnaqueur de Tinder
atthegates
8

Un gars bien de son épqoue

Bien sur c'est une ordure, mais au-delà du petit escroc, le documentaire de Netflix signe formidablement bien l'époque de l'image reine, et son imaginaire sur les milliardaires réussissant tout sans...

Lire la critique

il y a 3 mois

7 j'aime