Un duo comme on n'en fait plus...

Avis sur La Princesse et la Grenouille

Avatar Mike Öpuvty
Critique publiée par le

Le département animation de Disney est dans un imbroglio Kafkaïen : d'abord ils distribuent les films Pixars, qui finissent par faire plus de maille que leurs grosses productions 2D. Par conséquent Disney achète Pixar, et cesse toute activité 2D pendant 5 ans ! C'est à ce moment que John Lasseter est propulsé responsable de toute l'animation Disney ( job qu'occupait Jeffrey Katzenberg quand le studio a livré ses meilleurs performances post-mort-de-Walt. de 89 à 97... ) et qu'il décide de relancer une grosse production 2D pour Noël...

Foutu bazar !

Pour moi, Disney était re-mort avec l'éviction de Katzenberg ( qui est allé faire DreamWorks avec Spielberg et Geffen ) et à part Treasure Planet ( qui n'était pas du tout un projet intéressant, mais le film lui même 'pas-si-pire-que-ça' ) et Fantasia 2000 avec Lilo & Stitch ( qui sont franchement bons ), leurs films étaient des sales daubes et méritaient amplement leur absence de succès ! Du coup quand j'ai appris la mise en chantier d'un nouveau projet, initié par Lasseter, j'ai pas franchement misé gros dessus. Mais fort de son expérience avec Pixar, John a eu le bon sens de confier la mise-en-scène au duo qui avait réalisé les meilleurs de l'époque Katzenberg : La Petite Sirène et surtout Aladdin !


La com' a mis l'accent sur l'Obamisme, comme on dit chez nous : Ô matez la première princesse Disney NOIRE ! alors que le film lui-même s'en tape complètement, et je trouve ça bien plus sain. Elle est noire parce c'est génétique. Point. Y'a pas de symbole ni de stéréotypes à la con, et c'est un sacré bon point, pour commencer.



Mais qu'y-trouve t'on alors ?


Je ne sais pas si c'est le fait d'avoir été relégué au second plan par l'animation infographique, mais j'ai trouvé en ce film une attitude ragaillardie, qui parvient à assumer les structures et poncifs d'outre-tombe ( plein de chansons, des seconds-rôles idiots, le côté roman d'apprentissage " connais-toi toi-même " etc... et bien sur l'histoire d'amour qui finit bien. ) tout en injectant savamment des influences plus modernes ou atypiques ( en vrac : Al Hirschfeld, Les 3 Stooges, et évidemment plein de Tennessee Williams. ).

Devant le graphisme de la scène où elle imagine son futur restaurant, j'étais conquis !
 Et la scène où il la fait danser alors qu'elle aime pas ça a dû être un sacré casse-tête d'animateur : deux grenouilles qui dansent comme des humains, mais dont une est maladroite !


Ensuite, le film est plutôt bien écrit dans sa structure, les motivations des personnages sont continues, il n'y a pas de prises-de-décisions complètement gratuites, ni de surexploitation nauséeuse de gimmicks ( comment ça je tape encore sur Là Haut ? ). Il y a franchement des gags à mourir de rire, et une poignée de chansons Jazzy-Orchestrales qui pètent bien ( et je vais m'empresser de remettre la palme à celle du méchant Maître des Ombres, interprétée à Merveille par Keith David ) et enfin quelque chose que je ne m'attendais pas à trouver dans ce film là : la scène la plus émouvante à sortir d'un Disney depuis au moins la mort de Maman Bambi !


J'ai plus pleuré la mort de Ray que celle de Mufasa ! Déjà le plan incroyable où il se fait écraser, jusqu'au COUIC j'ai cru qu'il allait être sauvé in extremis, et l'animation de Facilier à ce moment est exceptionnelle ! Le dédain qu'ils ont mis dans son mouvement quand il repart, j'étais complètement scié !

Ensuite la scène où il part rejoindre son étoile bien aimée est d'une beauté authentique et poignante... D'autant que l'aspect magique du film la prépare intelligemment.

Bref, je suis ressorti soufflé, béat et favorablement impressionné. La Princesse et la Grenouille est officiellement le meilleur Disney depuis Aladdin !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 265 fois
4 apprécient

Mike Öpuvty a ajouté ce film d'animation à 1 liste La Princesse et la Grenouille

Autres actions de Mike Öpuvty La Princesse et la Grenouille