👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Festival de Deauville, séance de minuit. On vous avoue de suite qu'on a bondi de notre fauteuil (étant le meilleur public au monde pour cela) facilement trois ou quatre fois. Pour au final avoir un désaccord monumental sur l'explication du film dans notre groupe. Nous avons donc une première version totalement fantastique (

à la Amityville : il y avait bien un esprit maléfique dans la maison, qui a poussé le mari à tuer et a voulu s'emparer de la femme


), et version 2 totalement pragmatique (

la femme n'arrive pas à faire le deuil de son mari, surtout depuis qu'elle découvre sa double-vie terrifiante, et s'invente un délire de persécution, se blesse elle-même...


). Le film laissant la porte ouverte à toute interprétation, vous n'aurez pas tort de pencher pour l'une ou l'autre des deux fins (ou pour une autre encore), même si de notre côté, on préfère la version fantastique. Rebecca Hall est inspirée dans le rôle de la jeune femme qui se retrouve sans arrêt seule dans le noir et dans le silence le plus complet, durant de longues minutes où l'on n'attend seulement le gros coup de trompette pour nous faire bondir, soit le cliché du genre horrifique actuel, dont on sature carrément. Vraiment dommage que le ressort terrifique s'abaisse à ce genre de facilité, quand La Proie d'une ombre se prenait si bien la tête pour nous offrir un scénario étoffé et intéressant. Un déséquilibre qui nous paraît d'autant plus dommage que le scénariste et l'actrice ne sont pas les seuls à avoir contribué à nous faire passer un assez bon moment, à ces derniers on peut rajouter les chefs décorateurs qui nous ont offerts deux versions des maisons très belles (l'une parfaite pour les apparitions, l'autre - plus lugubre - qui fait peur sans avoir besoin d'apparitions). Chacun pourra comprendre sa fin, le scénario étant doté d'atouts narratifs à double-sens, qui malheureusement perdent de leur crédibilité avec les éternels coupures de son et coup de klaxon (pas finaud...) pour s'assurer de faire sursauter son spectateur.

Aude_L
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Deauville 2021

il y a 8 mois

1 j'aime

La Proie d'une ombre
dagrey
5

Il règne un climat mystérieux -mais vain- dans la maison du lac...

Déchirée par la mort brutale de son mari, Beth se retrouve seule dans la maison au bord du lac qu'il avait construite pour elle. Elle s'efforce de faire face, mais d'inexplicables cauchemars font...

Lire la critique

il y a 8 mois

20 j'aime

2

La Proie d'une ombre
Daziel
9

Bateau de nuit

ATTENTION CRITIQUE SPOILER Une barque tangue sous la houle du lac près de la grande maison. On apprendra plus tard que c’est la barque dans laquelle s’est suicidé Owen, le mari de Beth, en se tirant...

Lire la critique

il y a 8 mois

11 j'aime

7

La Proie d'une ombre
titiro
7

There is nothing there.

D'heureuses circonstances m'ont fait voir ce film. En effet, j'ai décidé de remettre Dune à plus tard pour aller voir The Night House. Je préfère mettre le titre original plutôt que cet IGNOBLE titre...

Lire la critique

il y a 8 mois

9 j'aime

6

Eiffel
Aude_L
6
Eiffel

Et Vive le Cinéma !

En ce 17 mai, réunion pour la réouverture tant attendue de notre cinéma, avec l'avant-première de Eiffel pour marquer le coup avec les collègues. Autant dire qu'après les sept mois à regarder cet...

Lire la critique

il y a 1 an

21 j'aime

La Nuée
Aude_L
5
La Nuée

Ca commence à 15 min...de la fin.

On est bien surpris de ne pas partager l'engouement général pour un film d'horreur français (d'habitude, on est même plus enthousiaste et défendeur du genre qu'il ne faudrait), mais La Nuée nous a...

Lire la critique

il y a 11 mois

20 j'aime

Maigret
Aude_L
5
Maigret

...de canard.

Depardieu est vraiment à l'aise en Maigret (il a l'attitude pantouflarde, "bovine" comme disait Simenon, de l'inspecteur, et ce n'est pas à l'acteur de Cyrano que l'on apprendra à déclamer son texte...

Lire la critique

il y a 3 mois

19 j'aime