Plaisir destructeur

Avis sur La Région sauvage

Avatar Halifax
Critique publiée par le

Certainement l'une des Cinexpérience les plus surprenantes depuis le début de ces séances. On nous prévient par mail "Déconseillé au moins de 16 ans". Autant dire qu'au début du film il y a une forme de "tension" à laquelle s'ajoute une ouverture de film très (très très très) mystérieuse.

Le film d'Amat Escalante est tout autant dérangeant qu'il surprend par son déroulement, son image et son intrigue. Si le film semble assez lent, il est difficile de décrocher face à ces plans souvent fixes sur les visages et les émotions des acteurs.
A. Escalante livre pendant 80% de son film une partition aussi intéressante que prenante. Jouant sans cesse sur la suggestion, on se questionne pendant longtemps sur l'apparence de cet être qui se cache au fond du forêt dans une cabane en bois occupée par un "scientifique" et sa femme, et dont les "qualités" semblent fortement plaire à ses visiteurs. Ce postulat d'utiliser sans cesse la suggestion donne une vraie profondeur au film car il vient titiller notre imaginaire, dommages finalement qu'on nous révèle son aspect dans une scène aussi banale qu'inutile.
Jusqu'à cette scène, on assistait à un film fantastique sans effets spéciaux et on le dégustait avec grand plaisir...Heureusement que le film laisse en suspend de nombreuses questions : qui est-elle ? D'où vient elle ? Quelle(s) recherche(s) sont réalisées par le "scientifique ? Pourquoi cette cabane ?....et bien d'autres questions soulevées qui ne trouveront finalement jamais de réelles réponses.

Outre cette intrigue fantastique et par moment presque horrifique, on trouve aussi un aspect sociétal qui est, je trouve, tout à fait réussi. Le film brasse à la fois la vie conjugale et familial et notamment la place des femmes dans celle-ci. Le plus flagrant reste surtout le sujet de l'homosexualité dans la société mexicaine. Via Angel et Fabian, le film met en exergue toute la difficulté à exister et à assumer sa sexualité.
Le sexe et la sexualité sont très présents tout au long du film et A. Escalante met en avant un questionnement autour du plaisir féminin qui, selon moi, manque un peu de réflexion et d'intelligence. Le sujet est traité avec beaucoup de premier degré et n'est vu que dans un angle très simpliste.

Si les deux acteurs sont convaincants sans plus, la doublette féminine portée par Ruth Jazmin Ramos et Simone Bucio est très bien réussi. Elles habitent parfaitement les personnages d'Alejandra et de Veronica. Petit plus pour R. Jazmin Ramos qui déborde de naturel et de sensualité. La construction de son personnage est très réussie et elle devient la protagoniste principale au fur et à mesure de l'avancement de l'intrigue. On la découvre en mère quelque peu soumise pour la suivre jusqu'à son affirmation en tant que Femme. Sur la fin, son personnage est totalement transformé, en témoigne ses dernières retrouvailles avec ses enfants, où, fondamentalement, elle sait que si elle continue à le côtoyer, elle mourra, comme les autres. Allez savoir ce qu'elle choisira, ce qu'elle désirera le plus, son plaisir ? voir grandir ses enfants ?...

Un film aussi fascinant que déroutant qui tient en haleine grâce une l'utilisation intelligente de la suggestion et des actrices plus que talentueuse. Dommages que cette suggestion ne soit pas poussée jusqu'au bout afin de laisser notre imaginaire faire le reste.

Finalement, La Région Sauvage n'a jamais aussi bien représentée les paroles de Michel Sardou, "Mourir de plaisir".

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 193 fois
1 apprécie

Halifax a ajouté ce film à 1 liste La Région sauvage

  • Films
    Cover Club FTF (Fourre Tout Films)

    Club FTF (Fourre Tout Films)

    Du vrac, du fourre tout, tout ce que j'ai vu en bordel ! En gros une liste pour recenser TOUT mes films, y'a un déficit d'une...

Autres actions de Halifax La Région sauvage