Affiche La Rivière rouge

Critiques de La Rivière rouge

Film de (1948)

La vie de cow-boy

Les grandes chevauchées, les duels au soleil couchant, les Indiens qui attaquent, la cavalerie qui contre-attaque, le périple d'une diligence ou la tension d'une partie de poker, c'était un peu tout ça le western, du spectacle avant tout. Le genre évolue progressivement, ses personnages s'étoffent, son intrigue se complexifie, plus qu'un simple divertissement, le western devient un genre à part... Lire l'avis à propos de La Rivière rouge

43 22
Avatar Kalopani
9
Kalopani ·

Beau de vache

La Rivière rouge ou l'irruption de génie dans le western du génial touche à tout Howard Hawks. Un noir et blanc plus blanc que noir, saturé par le soleil et la poussière de l'Ouest américain. La Rivière rouge doit beaucoup au couple John Wayne/Montgomery Clift, à la puissance terrienne et masculine de l'un contrebalancée par la grâce éthérée et féminine de l'autre. Le film de troupeau, qui... Lire l'avis à propos de La Rivière rouge

42 20
Avatar Pruneau
10
Pruneau ·

La révolte du fils

Cela faisait déjà une vingtaine d'année qu'Howard Hawks s'était établie à Hollywood lorsqu'il réalise La Rivière Rouge, son premier western, pour nous emmener sur les routes du Texas jusqu'au Missouri. Hawks parvient à donner une dimension psychologique à son oeuvre, allant plus loin que le western classique, mettant ici en scène les relations particulière entre un père et... Lire l'avis à propos de La Rivière rouge

20 10
Avatar Docteur_Jivago
8
Docteur_Jivago ·

Le convoi de l'extrême.

Biberonné dès ma plus tendre enfance aux westerns crépusculaires de Leone et Peckinpah, il va sans dire que le bon vieux western de papa n'a que peu d'effet sur moi, mon âme de guerrier belliqueux trouvant généralement ces bandes bien trop lisses et sages, à l'exception de monuments badass tels que "Rio Bravo" ou "La prisonnière du désert". Tourné en 1948 par Howard Hawks, "La rivière rouge"... Lire la critique de La Rivière rouge

17
Avatar Gand-Alf
7
Gand-Alf ·

Une vengeance qui confine à la farce

Cette critique contient des spoilers tout du long. Il faut attendre une bonne heure largement dépassée pour commencer à vraiment accrocher au récit jusque là sans surprises et somme toute très classique, lorsque Matthew Garth (Montgomery Clift) se rebelle enfin contre son mentor de toujours, Tom Dunson (John Wayne). Dès lors, la... Lire la critique de La Rivière rouge

15 15
Avatar Libellool
7
Libellool ·

Doubles messieurs

Voir ou revoir Red River dans sa version restaurée proposée par Wild Side et dans le montage voulu par Hawks (127 mn au lieu des 133 de la version initiale) est une expérience essentielle qui permet de comprendre, si besoin était, le caractère unique et génial du cinéma de Hawks, caractère que l’on retrouve dans quelques scènes de choix de ce film qui comptent assurément parmi les plus fortes... Lire la critique de La Rivière rouge

16 4
Avatar Artobal
9
Artobal ·

In the flame of the father.

Avant le Convoi de femmes et celui des vivres dans Les Affameurs, il y eut le grand film du convoi de bétail, et c’est à Hawks qu’on le doit. Lui qu’on connait... Lire la critique de La Rivière rouge

17
Avatar Sergent Pepper
8
Sergent Pepper ·

Le vétéran et le pied tendre

Comme souvent dans les films de Hawks, la Rivière rouge est l'histoire d'une amitié, mais une amitié contrariée et chaotique. Ce sont 2 hommes que tout sépare, l'âge comme l'expérience, et Hawks a bien traduit cet affrontement, impitoyable mais avec honneur, entre un de ces "pieds tendres" souvent venus de l'Est avec leur naïveté dans ce rude Far West, et un de ces vétérans,... Lire la critique de La Rivière rouge

10 5
Avatar Ugly
8
Ugly ·

Les révoltés de la grande plaine.

Texas, peu après la fin de la guerre de Sécession. Il n'y a plus d'argent, le fric est parti au Nord et les clients traditionnels du Sud, grands perdants de la guerre, n'ont pas un radis à échanger contre du bétail bien gras. La seule solution, une équipée de plusieurs centaines de kilomètres à travers le désert et la plaine, encore pleine d'indiens peu amènes et de bandits l'étant encore moins.... Lire la critique de La Rivière rouge

13
Avatar The_Dude
10
The_Dude ·

Conflit de génération!

Quelque temps après avoir réalisé de manière non officielle "Le banni",Howard Hawks signe ici son premier western seul!Et sa première collaboration avec John Wayne! Quel coup de maître! Sur une trame apparemment classique(le convoi d'un troupeau de 10000 bêtes),Hawks en fait un film sur les relations père/fils et les relations entre un patron envers ses employés. Et c'est ce qui rend ce film... Lire l'avis à propos de La Rivière rouge

9 4
Avatar cinemusic
9
cinemusic ·