Affiche La Ronde

Critiques de La Ronde

Film de (1950)

Sous la ronde gronde ma fronde

Décidément, la vision de ces (grands, souvent) classiques français me plonge dans un abîme de perplexité. Ainsi, je trouve dans "La ronde" un point commun avec "La règle du jeu" (mais pas beaucoup plus, hein ? Parce que je préfère de beaucoup cet Ophüls au Renoir). Je me suis en effet longtemps tenu éloigné de ce genre de cinéma et de cette époque (bon, grosso modo les années 40 et 50 puisque... Lire l'avis à propos de La Ronde

52 19
Avatar guyness
8
guyness ·

Tournez ménages

Pour son retour en France où il finira sa carrière par une succession de quatre chefs-d’œuvre, La Ronde, Le plaisir, Madame de… et Lola Montès), Max Ophüls s’offre un casting d’exception réunissant ce que le cinéma hexagonal compte de plus prestigieux, pour un film à... Lire l'avis à propos de La Ronde

39 10
Avatar Sergent_Pepper
9
Sergent_Pepper ·

La Ronde de nuit

La Ronde, oui, ça représente pour moi ce que j'aime dans le cinéma : un pur moment d'évasion et de plaisir. Mille fois oui. Cette introduction qui nous montre un peu l'envers des décors, passant d'un plateau de cinéma à ce qui sera la Vienne théâtre des différents sketchs de ce film, passant du jour à la nuit au gré des pas du réalisateur, Max Ophüls, en maître de cérémonie espiègle et taquin.... Lire la critique de La Ronde

35 6
Avatar Pravda
10
Pravda ·

La valse des amours

Un guide dans la ronde des amours... Hors-piste total... mais c'est tellement bien fait. La seule idée de partir de Simone Signoret la fille facile du coin de la rue pour grimper les échelons sociaux mais aussi les différents stades de l'amour avec des réflexions de plus en plus matures et des destins avec lesquels notre guide jongle comme personne, c'est déjà sérieusement solide. Le personnage... Lire l'avis à propos de La Ronde

33 30
Avatar drélium
8
drélium ·

Vertige de l’amour

L'amour... que ce soit dans le milieu aristocrate, des artistes ou de l'armée, que ce soit secret, caché, libre ou au coin d'une rue, ça reste l'amour et c'est l'histoire de tout le monde. Merveille d'ouverture, tout en plan-séquence, où le conteur nous emmène dans divers décors de scènes jusqu'à un manège où, le temps d'entamer un dialogue avec Simone Signoret, il... Lire la critique de La Ronde

33 6
Avatar Docteur_Jivago
9
Docteur_Jivago ·

Playground Love

C'est le temps de l'amour Le temps des copains Et de l'aventure Il est souvent intéressant de penser un thème aussi ample et incertain que l’Amour en considérant l’époque dans laquelle il s’inscrit. Car, fondamentalement, rien ne change ; l’Homme reste ce cœur volage, cabriolant autour de ces grandes vérités, qui... Lire la critique de La Ronde

19 9
Avatar blacktide
8
blacktide ·

« C'est l'histoire de tout le monde... »

https://youtu.be/ECr1aLZH7lo La Ronde est peut-être le film le plus connu de Max Ophüls : il signe avant tout son grand retour en France, après son exil américain en 1940 ; il réunit ensuite un casting ahurissant (Simone Signoret, Serge Reggiani, Danielle Darrieux,... Lire la critique de La Ronde

27 7
Avatar WeSTiiX
8
WeSTiiX ·

Critique de La Ronde par Samu-L

Derrière son aspect charmant, enchanteur et délicieusement désuet, la ronde est un film totalement désabusé et cynique sur le sentiment amoureux. Le propos du film m'a beaucoup plu, et, je dois dire que cette ronde d'amoureux qui tour à tour se trouvent et se quittent avant de retomber sur un autre amant, une autre maîtresse dans un grand mouvement perpétuel m'a beaucoup amusé. Il faut dire... Lire l'avis à propos de La Ronde

24 10
Avatar Samu-L
7
Samu-L ·

Un portrait sans concessions de nos lâchetés

Film cruel sur l'incapacité humaine de vivre ses sentiments, "La Ronde" surprend constamment par sa noirceur froide, par sa détermination à peindre un portrait sans concessions de nos hypocrisies et lâchetés tout en restant au plus près de l'humanité pitoyable de ses personnages, ou plutôt de ses pantins entraînés sur le manège de la vie par un meneur de jeu désabusé. Le ton... Lire la critique de La Ronde

6 12
Avatar Eric BBYoda
7
Eric BBYoda ·

« J’ai la tête qui tourne »

L’artificialité du dispositif mis en place par Max Ophüls, revendiqué comme tel dès l’ouverture au cours de laquelle un bonimenteur nous accueille et assure la narration en revêtant divers costumes, a l’intelligence d’offrir au cinéma une mise en abyme dans laquelle se reflètent les fictions que construisent les hommes autour de l’amour, mais souffre également de personnages creux auxquels... Lire la critique de La Ronde

2
Avatar Fêtons_le_cinéma
7
Fêtons_le_cinéma ·