Fuir ou mourir ?

Avis sur La Route

Avatar K1000
Critique publiée par le

Le pessimisme haletant et glacé marié à une maîtrise visuelle sombre, oppressante et sublimée par une lumière presque divine rappelle le désenchantement sanguinaire de Blindness. D'un tragique à l'autre, John Hillcoat, et de fait Mc Carthy, se risquent à imaginer la fin d'un monde que les personnages ne peuvent plus ignorer. La naïveté de l'enfant et son désir d'humanité et d'amour se révèlent être, dès lors, le dernier espoir, le souffle suprême, la contrepartie rassurante aux maux du père, pour qui le suicide semble s'imposer comme l'ultime remède. Et sans cesse les mots, simples et brefs, trahissent l'impossibilité de formuler et de penser la vie ; et partant ils n'expriment plus que la nécessité. La prestation viscérale et christique de Viggo Mortensen, saisissant, investit plus l'espace de la toile que le paysage dévasté et désertique. Aussi le film est-il si noir qu'on aimerait qu'il n'eût jamais existé, comme si la peur de l'image se substituait à une peur plus profonde, celle d'une fin inconnue qui pourrait, peut-être, un jour survenir ainsi...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 971 fois
23 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de K1000 La Route