Et à la fin coule une rivière

Avis sur La Source

Avatar TheBadBreaker
Critique publiée par le

«[…] Que la demoiselle a un cou gracile.
-C’est pour mieux faire étinceler l’or de mes bijoux. »

C’est d’une voix corrompue et monstrueuse que le grand méchant loup dévoile à la jeune fille sa véritable nature.
Certainement, ce jour-là, l’enfant au chaperon n’aurait pas dû s’aventurer dans la sombre forêt.

Ingmar Bergman possède le don de raconter des histoires simples tout en en tirant le plus de forces possibles. Que ce soit dans les émotions, dans la beauté des plans, ou dans le jeu des acteurs, il semble bien que le meilleur ressort à chaque instant.

14ème siècle, Suède. La fille d'un riche paysan porte des cierges à l'église. Elle rencontre deux bergers et un enfant. Ils la violent et l'assassinent. (cf résumé senscritique).

Décrivant un quotidien véridique, sans fausse note pour l’adaptation du spectateur, il sera presque étonnant de voir que le moment tragique du viol sera du même acabit. C’est sombre, effrayant, brutal… bref, on y croit. De même pour le meurtre brusque qui s’en suit.
Au cinéma, la mort est devenue d’une banalité presque consternante. Mais ici, on revient au tour de force qui devrait régner chaque fois que celle-ci s’abat : on ne voit plus un acteur allongé et fermant les yeux, mais un corps meurtri et inanimé, un tabernacle de vie qui n’est plus qu’un objet.

A chaque moment, on comprend où le réalisateur veut en venir, ce qu’il veut que l’on comprenne dans le regard ou les gestes de ses personnages. C’est ce qui en fait un grand film, et une œuvre fascinante à admirer.

Les personnages sombrent dans le mal, qui quoi qu’on fasse n’est jamais loin. L’heure du pardon et du repentir est toujours derrière. Les événements seront donc une sorte de nouveau départ pour eux. Venant des profondeurs de la souffrance, mais d’où découleront d’humbles bénédictions : c’est là, la source.

Et il me dit: " Fils de l'homme, as-tu vu? " Puis il me fit revenir au bord du torrent.
En me retournant, voici que j'aperçus sur le bord du torrent des arbres en très grand nombre, de chaque côté.
Et il me dit: "Ces eaux s'en vont vers le district oriental; elles descendront dans la Plaine et entreront dans la mer; elles seront dirigées vers la mer, et les eaux en deviendront saines.
Tout être vivant qui se meut, partout où entrera le double torrent, vivra, et le poisson sera très abondant; car dès que ces eaux y arriveront, les eaux de la mer deviendront saines, et il y aura de la vie partout où arrivera le torrent.
Près du torrent, sur ses bords de chaque côté, croîtront toutes sortes d'arbres fruitiers. Leur feuillage ne se flétrira point, et leurs fruits n'auront point de fin, ils mûriront tous les mois , parce que les eaux sortiront du sanctuaire. Leurs fruits serviront de nourriture, et leurs feuilles de remède. "
(Ezéchiel 47 : 6-12)

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 243 fois
9 apprécient · 1 n'apprécie pas

TheBadBreaker a ajouté ce film à 2 listes La Source

  • Sondage Films
    Cover Les meilleurs films de 1960

    Les meilleurs films de 1960

    Avec : Psychose, La Source, Les salauds dorment en paix, La Vérité,

  • Films
    Affiche La Honte

    Ingmar Bergman

    (classement en sachant que je n'ai pas de vrai souvenir des films à part les deux premiers, donc la plupart sont à revoir!)

Autres actions de TheBadBreaker La Source