Le S.A.V. des éditions

Avis sur La Stratégie du choc

Avatar SanFelice
Critique publiée par le

Politiquement, je me sens assez proche des théories de Naomi Klein.
Pourtant, ce film est tellement mauvais qu'il m'aurait presque fait changer d'avis.
Reprenons dans l'ordre.

En 2007, Klein sort son 3ème livre, La Stratégie du Choc. Le cinéaste Michael Winterbottom en tire ce documentaire. La thèse est simple : le triomphe de l'ultra-libéralisme est dû à une série de chocs (voulus ou subis par les gouvernements) qui ont eu pour fonction de faire accepter par les populations des réformes qu'elles n'auraient jamais voulues sans cela. A l'origine de toute cette mécanique, il y a un économiste américain, fondateur de l'école de Chicago, Milton Friedman. Et que l'on soit clair : depuis que j'ai appris les théories de cet homme, il y a quelques années, j'ai eu la conviction que "Milton Friedman" était un des pseudos de Satan.
Les théories de Friedman ? L’État doit pratiquement disparaître (son seul rôle serait cantonné à la politique monétaire). Tout, depuis les industries jusqu'aux écoles, en passant par la sécurité, doit être privatisé, et on laisse le marché faire.
Partant de là, le documentaire montre comment ces théories, évincées jusqu'aux années 60, sont devenues dominantes à partir des années 70. Le premier terrain d'expérimentation fut le Chili de Pinochet. Puis il y eut l'Argentine, avant de passer dans le monde anglo-saxon avec Thatcher et Reagan.

Le potentiel d'intérêt contenu dans ce documentaire était énorme. Alors, comment expliquer que le résultat soit aussi pitoyable ? D'abord, 80 minutes pour couvrir 40 ans de politiques économiques, c'est un peu court. ça oblige à faire des raccourcis qui vont à l'encontre de l'honnêteté intellectuelle. Winterbottom présente une théorie et élimine tout ce qui ne cadre pas avec. On n'entend pas la moindre voix qui proposerait une autre explication. Ce film n'est pas une présentation objective, c'est un matraquage.
Le pire, finalement, c'est que Winterbottom emploie dans son film la méthode qu'il dénonce chez ses adversaires. Un montage choc, des images choc, une musique choc. Le spectateur n'a pas une seconde pour se reposer et réfléchir. Le but est de lui faire accepter tout ce qui est dit ici, sans lui laisser le temps de répliquer, ni même de se rendre compte des approximations.
Enfin, j'ai surtout eu l'impression que ce film était une publicité pour le livre de Naomi Klein. Les seuls passages sereins et calmes (forcément agréables dans ce maelström informe) nous montrent la jeune femme qui fait ses conférences dans différentes universités, devant des publics forcément conquis qui l'écoutent religieusement en faisant "Oui" de la tête à la moindre phrase. Ou alors Naomi Klein à Bagdad. Naomi Klein sur les lieux du tsunami. Naomi Klein à La Nouvelle-Orléans après Katrina.
Une grande campagne de pub.
Naomi Klein a bien compris les mécanismes du libéralisme. Et sait se les appliquer.

Je le répète, je suis d'accord avec quelques idées énoncées ici. Mais la méthode employée est totalement contre-productive et ne sert qu'à jeter le discrédit sur ces idées. Ce qui est impardonnable.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 723 fois
17 apprécient · 5 n'apprécient pas

SanFelice a ajouté ce documentaire à 1 liste La Stratégie du choc

Autres actions de SanFelice La Stratégie du choc