Un monde sans pitié

Avis sur La Surface de réparation

Avatar Val_Cancun
Critique publiée par le

Bon, j'avoue que je vais avoir du mal à être objectif, puisque "La surface de réparation" réunit mes deux passions de jeunesse, à savoir le football et Alice Isaaz...
Trève de plaisanterie, j'ai beaucoup aimé ce premier film du français Christophe Régin, qui ne traite pas à proprement parler du ballon rond, mais dont le récit prend place dans les coulisses peu reluisantes du football professionnel.

On suit Franck, un ancien du centre de formation du FC Nantes, qui a manqué le train du professionnalisme et se retrouve homme à tout faire du club, sans même avoir l'honneur d'être salarié officiellement. D'une loyauté sans faille, un peu naïf sur les bords, il occupe ses soirées à rattraper les écarts des stars payées grassement, tout en traquant les jeunes du centre sur les parkings des boîtes de nuit.

Sa rencontre avec Salomé, une petite garce ravissante qui passe son temps à courir derrière les footballeurs, va pousser Franck à se poser des questions sur sa propre vie, ses valeurs, ses espoirs déçus et son avenir.
On pourra reprocher à "La surface de réparation" son manque d'ampleur narrative, puisque Christophe Regin choisit consciencieusement de s'en tenir à une chronique amère et mélancolique. De même, on regrettera que le personnage fascinant de Salomé ne soit pas plus approfondi.

Pour ce beau portrait d'un loser magnifique, le jeune réalisateur peut s'appuyer sur la performance remarquable d'un Franck Gastambide étonnant d'intensité et de justesse, bien loin de ses potacheries habituelles.
Face à lui, on retrouve la délicieuse Alice Isaaz, divine comme toujours en wannabe WAG, qui cette fois-ci apparaît en prime lookée comme une pétasse haut de gamme : un véritable régal pour les yeux...
N'oublions pas la prestation savoureuse d'Hippolyte Girardot, qui campe un directeur sportif omnipotent à la Budzinski, ambivalent et manipulateur.

Passé relativement inaperçu, "La surface de réparation" s'avère pourtant une belle réussite (à l'image de la BO signé Para One), peinture réaliste d'un milieu méconnu - qui reflète bien les fractures de notre société contemporaine - et portrait passionnant d'un jeune mec touchant, à la croisée des chemins.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 273 fois
4 apprécient

Val_Cancun a ajouté ce film à 8 listes La Surface de réparation

Autres actions de Val_Cancun La Surface de réparation