L’inauguration d'une tour qui tourne à la catastrophe

Avis sur La Tour infernale

Avatar LeTigre
Critique publiée par le

Suite au triomphe de L’aventure du Poséidon donnant naissance au genre catastrophe, cette superproduction ne fait que confirmer le succès incontestable de cette nouvelle classe de films. Après un bateau retourné à l’envers pendant un réveillon de la Saint-Sylvestre, c’est une haute tour en pleine inauguration qui prend feu suite à un court-circuit ayant provoqué un échauffement thermique de câbles électriques dans un local technique. L’architecte, Doug Roberts, s’associe au pompier, Michael O’Hallordan, pour maîtriser l’incendie une bonne fois pour toutes et faire évacuer tout le monde de la tour. Mais rien ne va être facile quand il s’agit d’un incendie qui s’est déclaré à un étage assez haut où les pompiers sont limités en moyens et qui ne fait que se propager à chaque instant.

Après des grands films comme La Grande évasion, Guet-Apens et Bullitt, Steve McQueen endosse encore un grand rôle. C’est un acteur qui aime bien prendre des risques en nous livrant une belle image d’un pompier très professionnel. Il a joué les Fangio en volant de sa Mustang lors d’une course-poursuite les plus marquants du cinéma dans Bullitt. Pour ce film, il s’est mis en condition avec des pompiers afin de mettre plus de réalisme dans ses actions et son affrontement avec les flammes. Avec ce dernier, on intègre un bon acteur tel que Paul Newman jouant un rôle d’un architecte qui sait bien garder son calme face à la situation calamiteuse de sa tour. Ces deux derniers interprétants des personnages de milieux différents forment un duo très marquant et pas comme les autres. Ces deux acteurs inventent un nouveau genre de film : le buddy-movie. Le premier du cinéma américain. Un duo qui renverse tout ce qu’on a pu voir des autres duos. Reste de casting impeccable avec de bons acteurs et actrices tels que Faye Dunaway, William Holden, Fred Astaire et Susan Blakely. Des acteurs transmettant bien leurs émotions comme la lâcheté ou le courage.

Malgré un début un peu nan-nan et long, cette réalisation nous conduit dans un vrai tourbillon assez mouvementé et animé par un déluge de feu assez effarouchant une fois le dénouement lancé. Incendie déclaré et c’est tout aussi les problèmes qui s’amènent. Le film nous emmène magnifiquement dans une aventure pleine de péripéties et de prise de risque où les flammes ne font que compliquer de plus en plus le sauvetage des conviés à chaque moment. Un scénario bien écrit, intelligent et très recherché avec une bonne exploitation des dangers et des risques d'une tour enflammée. Un scénario émérite pour une durée de 2h45 sans que l’ennui s’interpose. Le film ne baisse en aucun cas en tension. C’est vachement bien rythmé pour ne laisser pratiquement aucun temps de répit. Il faut dire que les flammes commettent de sacrés dégâts que les personnages ne sont pas prêts d’être sorti de l’auberge. Rien à dire sur la mise en scène et le montage. Les flammes semblent être bien réelles par l’application des effets visuels très soignés. Exactement le même effet que ça m’a fait en matant L’aventure du Poséidon avec des ingrédients bien repris comme la panique des invités.

A vrai dire, j’ai été agréablement surpris par cette œuvre cinématographique qui m’a complètement séduit. Le duo Steve McQueen et Paul Newman fonctionne comme un rien. Le genre catastrophe est plaisamment hypnotisant pour suivre le parcours physique des héros en mission de sauvetage sans en perdre une miette. Des flammes ravageuses pour un spectacle frôlant le chef-d'oeuvre. 9/10

Eh bien je crois que vous devriez aller à ma place parce que lui, il ne m'écoute pas.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 722 fois
11 apprécient · 1 n'apprécie pas

LeTigre a ajouté ce film à 16 listes La Tour infernale

Autres actions de LeTigre La Tour infernale