The stream flows on by.

Avis sur La Traversée du temps

Avatar Petitbarbu
Critique publiée par le

Déjà, la chanson qui a inspiré un petit moment du film. Comme ça. Gratuitement. Parce que j'aime bien les Stones.

Pour le film d'animation, je pense que derrière les "Enfants loups", ce film de Hosoda est un de ceux qui, hors Ghibli, a réussi à secouer mon âme fragile de midinette et à me tirer des larmichettes. De façon virile quand même, bien sur. Bonhomme.
Mais je suis sensible à la tristesse douce, nostalgique, qui émane de ce film. J'ai un p'ti cœur qui bat, quoi.

Tout d'abord côté réalisation/animation, c'est du Hosoda. Donc premièrement c'est propre, deuxio c'est assez épuré et trimo c'est fluide. Ce sont des caractéristiques que l'on retrouve dans tous ses longs métrages. On voyait déjà son style poindre dans son précédent film One Piece : Le baron Omatsuri et l'île secrète, film ô combien particulier pour les fans de la franchise, mais franchement réussi.

Côté bande-son, là encore, c'est carton plein. De jolis accords de piano, très doux, accompagnent la majorité du film, donnant à l'intégralité de l’œuvre une tranquille fluidité que vient rompre seulement Makoto, avec ses gaffes et ses hurlements. Bien sur, de temps en temps, la musique s'emballe. Makoto découvre par accident les voyages dans le temps, happée dans un monde psychédélique, entre horloges numériques et tableaux impressionnistes, et la musique se fait plus forte, plus présente, mais toujours primesautière, légère. Le choix en est remarquable, la justesse et la concordance entre mélodie et image me donne envie de serrer le monteur son dans mes bras. Et le compositeur. Et l'équipe du film. Mais de façon virile, bien sur. Toujours.

Côté voix, les Seiyūs font un très bon boulot, y a de l'implication, notamment du côté de celle qui incarne Makoto (Riisa Naka, Wikipédia m'a aidé là dessus), même si le rire de l'héroïne est un p'ti peu... particulier.
Cette voix stridente, qui peut ennuyer, donne pourtant tout son relief au personnage. Dès les premières intonations on comprend à quel genre de jeune fille on fait face. Une personne un peu brut de décoffrage, garçon manqué, attachante.

Enfin, niveau histoire, on est sur une adaptation de la nouvelle de Yasutaka Tsutsui (je vous rassure, je ne l'ai pas lu, mais j'utilise bien Wikipédia) qui racontait la même histoire, mais dont le personnage principal était la tante de Makoto. Ici, notre lycéenne un peu garçon manqué, un poil gaffeuse, se la coule douce avec ses deux meilleurs amis, Chiaki et Kôsuke. La fin de la dernière année de Lycée approche toutefois, et avec elle, la terrible échéance : quelle voie choisir ? Un jour qu'elle se retrouve seule dans une classe, elle tombe par accident sur un petit appareil. La voila devenue capable de remonter le temps, pour son plus grand plaisir. Mais ce n'est pas sans danger...

L'histoire est relativement classique, mais se prête assez bien au style contemplatif, calme, que semble affectionner Hosoda. Les personnages sont bien campés, drôles et touchants, participant à construire efficacement l'atmosphère du film. Il y a une forme de douceur constante qui se dégage de chaque protagoniste, on s'amuse beaucoup du côté bravache et gentiment stupide de Makoto. Finalement, les voyages dans le temps semblent presque un prétexte pour mettre en scène l'évolution des personnages et le passage à l'âge adulte. Des thèmes récurrents mais ici bien traités.

Petite note perso, Makoto et de sa tante m'ont particulièrement plu tout au long de l'histoire.

Ps : légère retouche de mise en forme, grâce aux nouveaux outils, le 05/04/2015

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 833 fois
12 apprécient

Petitbarbu a ajouté ce film d'animation à 1 liste La Traversée du temps

Autres actions de Petitbarbu La Traversée du temps