Les lumières prometteuses d’un ciel clair

Avis sur La Traversée du temps

Avatar Terhemis
Critique publiée par le

Je suis tombé en émoi devant cette production du studio Mad House basée sur une nouvelle de Yasutaka Tsutsui (auteur de Paprika) et tenterai d’en retracer par ici les simples contours.

La Traversée du Temps nous raconte l’aventure d’une lycéenne qui découvre juste avant d’être percutée par un train, qu’elle peut revenir dans le passé. Alors qu’elle allait partir chargée de regrets, elle utilisera cette capacité avec désinvolture, pour vivre et revivre tous les moments qu’elle apprécie, et reformuler au besoin les événements gênants… Peut-être pourtant, que ses choix ne sont pas sans conséquence. Et si ses décisions avaient une incidence hors de sa maîtrise ? Mais n’est-ce pas le cas, qu’on puisse ou non se jouer du temps ?

Quoi qu’il en soit, inutile de s’inquiéter, il n’y aura pas de destruction du monde ou de complot politique dans cette heure et demie de douceur. L’on y suivra spontanément le parcours initiatique d’une jeune fille naïve mais énergique, qui nous happe ainsi qu’elle l’est dans les sursauts d’un quotidien chamboulé.

Ce long-métrage est un cadeau : l’animation y est si soignée, si pleine d’émotions dans les gestes simples et les attitudes accessibles, qu’on pénètre allègrement la narration. Au point de vivre cette aventure extraordinaire et ce qu’elle impliquera de contrepartie avec un dévouement inattendu, comme si l’on redécouvrait un peu la vie, et l’animation japonaise en même temps.

Le character design de Yoshiyuki Sadamoto (Evangelion) est très juste, l’ambiance est lumineuse, les ciels sont représentatifs de l’esprit de l’héroïne et la musique sait appuyer le discours au bon moment, sans trop en faire elle non plus.

Pas une seule arme ne traverse l’écran, pas une seule bagarre ne vient remplir un rythme qui pourrait facilement s’éroder s’il n’était travaillé comme c’est le cas. Le déroulement, qui risquait de faire du sur place avec des séquences se rejouant dans des lieux et des instants similaires, ne se répète jamais.
Le scénario exploite pour cela des nuances bienvenues, riches et signifiantes, et fait la part belle à un humour omniprésent, ni grotesque ni lourd.

C’est à n’y voir rien de déplaisant. En tout cas, rien n’a contrebalancé mon plaisir grandissant. Sans doute le succès de La traversée du temps tient-il dans cette impression qu’il m’a donnée de pouvoir vivre la fiction, dont elle n’use que dans ses derniers retranchements. Ce fantastique métrage de Mamoru Hosada m’a fait voyager. Une fois de plus, cela me donne envie de remercier tous ceux qui ont rendu ce voyage possible.

_

C’est au gré de ces voyages que l’envie de narrer à mon tour, forcément, s’est incrustée en moi. Or, 12 ans après la rédaction du premier jet de cet avis, je peux enfin annoncer que mon premier livre est disponible. Il l’est notamment chez À Livr’ouvert, librairie indépendante parisienne située 171 bis boulevard Voltaire (métro Charonne), mais vous pouvez aussi le commander chez Bookelis ou bien vous le procurer sans délai en version numérique depuis Gumroad (à prix libre !), Amazon ou Kobo.

Alors à très vite, je l’espère, pour vivre ensemble d’autres incroyables aventures :-)

Et pour plus d’infos et pouvoir suivre mon parcours d’auteur, ça se passe sur mon blog

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 16 fois
Aucun vote pour le moment

Terhemis a ajouté ce film d'animation à 1 liste La Traversée du temps

Autres actions de Terhemis La Traversée du temps