« La banlieue c’est pas rose, la banlieue c’est morose ! »

Avis sur La Vengeance

Avatar Pan Da
Critique publiée par le

Un jour, un film débarque, tellement mauvais, tellement atroce, qu’il nous fait réévaluer tous les films que l’on a pu avoir avant. Un film atroce dont la seule évocation vous fait encore frémir tel les flashbacks d’un vétéran du Vietnam. Un film qui vous fait espérer que Sadako va vous appeler pour vous annoncer votre mort sous 7 jours. Ce film c’est « La Vengeance » de Morsay (prononcer mort saï, comme San Ku Käi)

Déjà en voyant l’affiche je me suis dit que quelque chose puait, notamment au niveau de l’accroche : » La Vengeance » est un plat qui se mange froid, moi je le mange cru parce qu’avant j’en avais pas ». Pas de quoi ? De talent ? De réchaud à gaz ? De Bescherelle ? De talent ? (oui je sais je l’ai mis deux fois mais il en manque tellement).

Mais de quoi parle ce film ? Et bien « La Vengeance » raconte l’histoire de Morsay et de son frère Zheref, deux jeunes de banlieue de minorité visible issue de l’immigration (deux racailloux quoi) qui se font embarquer par les flics dont l’un d’entre eux est raciste. Les deux frères sont condamnés à six mois de prison et le flic est viré. A leur sortie de prison, les deux frères décident de changer : l’un a l’idée out of the blue de vendre des tee-shirt et l’autre décide de se la jouer cliché comme sur TF1 (en gros dealer, voler dans les magasins, confondre les Petits Ecoliers avec des Pepitos et draguer de façon bien lourde des filles avant de les amener dans des coins sombres). Jusqu’au jour ou Morsay énerve une bande skinheads racistes et nazis dirigée par le flic qui a été viré au début du film.

« La Vengeance » c’est un cauchemar. Si je devais infliger une torture à mon pire ennemi, je l’obligerais à regarder ce film, même si j’avoue que j’aurais pitié de lui. Lorsque j’ai mis le film et que j’ai vu la durée apparaître comme un diable à ressort se foutant de ma gueule, j’avoue, j’ai hurlé de terreur. 2h06 ! Deux heures de ma vie qui allaient disparaître au milieu d’une sorte d’ineptie incompréhensible, mal filmée, mal étalonnée, au son inaudible. Commençons par les défauts.

En fait le film ressemble aux films d’un pote qu’on tournait avec le caméscope familial au milieu des années 90. Ca ressemblait à rien, ça n’avait aucun intérêt, les dialogues étaient mal foutus et les rares potes que l’on arrivait à recruter jouaient tellement mal que même la nostalgie n’arrive pas à rendre leur jeu meilleur. Le film ressemble à ça, mais en pire. Sans le côté nostalgie. C’est à dire que les acteurs jouent mal (mention spéciale à la juge), le son est inaudible dans le ¾ des séquences du film et le cadrage est à chier. Entre ça, les intertitres indiquant l’heure qui ne servent à rien et les digressions what the fuckesques, on peut en dire pas mal sur ce film.

Je vous assure que dix minutes après le début du film j’étais à deux doigts de prendre ma carte de membre de l’UMP. Au bout de 20 minutes j’avais retapissé ma chambre avec des photos de Claude Guéant. Au bout de 40 minutes je me retrouvais au lit avec Marine Le Pen. Qu’est ce que je peux bien reprocher au film ?

Tout d’abord dans son fond le film ne raconte rien. Absolument rien. Je veux dire le film s’appelle « La Vengeance » mais qui se venge ? Morsay ? Même pas, il se venge contre personne, ou alors contre le pauvre spectateur à qui il inflige un cabotinage total. L’acteur principal /réalisateur / scénariste/ producteur/ décorateur / « compositeur » de la musique / spectateur / ….du film dégage une telle antipathie qu’on a envie a chaque fois qu’il parle de voir apparaitre Brice Hortefeux ou Eric Besson pour le coller dans un charter direction le pole nord et encore je plains les pauvres pingouins. Car oui Morsay ne sert à rien dans le film, il ne se venge même pas.

Je conseillerai à tout acteur débutant voulant faire carrière de regarder en boucle la scène du tribunal, au début du film, pour se rendre compte de tout ce qu’il ne faut pas faire en tant qu’acteur si on ne veut pas être recalé à des castings aussi bas de gamme que ceux de « Plus Belle la Vie ».

En fait le but du film c’est de balancer que les blancs sont des aryens (qui n’ont rien d’aryen dans le film) skinheads et nazis (la scène du zigh hail est tout de même fantastique de stupidité) qui s’acharnent sur deux pauvres mecs de banlieue qui voulaient juste continuer à vendre de la beuh, et des tee-shirt. Morsay aurait-il voulu se donner une identité picaresque pour essayer de combler le manque total d’idée du scénario ou alors était t-il complètement perché pour se foutre à ce point de la cohérence du scénario ? La garde à vue avec l’intertitre « 24 heures plus tard » qui au détour du dialogue suivant devient 48 heures. La mère qui dit qu’elle est fière de son fils… alors là je dis merde. Je veux dire, ma mère m’aime énormément, mais si je venais de passer 6 mois au trou je pense pas qu’elle dirait qu’elle est fière de moi et pourtant elle m’aime. Ou alors la prison est devenue une distinction dans la société, telle les blessures sur les champs de batailles ou des items uniques dans WOW. I don’t want to live in this world anymore !

Achievement Unlock = You Went to Prison !

Selon son réalisateur, le film a été censuré par le Front National et l’UMP qui ont fait interdire le film. Sérieusement ? Le film est un tract que le FN pourrait reprendre sans trembler des genoux tellement il est l’illustration de la politique sécuritaire de Marine le Pen. A croire que Morsay a reprit point par point le programme pour lui montrer a quel point elle a raison. D’après Morsay, si son film avait connu une sortie cinéma, Marine le Pen ne serait jamais élue au deuxième tour. Il a raison, elle serait élue dès le premier.

Le mind fuck ne s’arrête malheureusement pas à la fin du film. Le générique de fin nous indique que Morsay prépare un deuxième film (Mais pourquoi ?) et surtout l’info que je préfère : que le tournage a été interrompu par les Illuminatis. Je trouve ça fantastique que le film soit tellement mauvais, qu’il ait réussit à reformer une société secrète dissoute depuis 1785 dans le seul but d’empêcher le tournage du film. Ca prouve bien le niveau du film.

Bon allez je vais me laver les yeux et surtout les oreilles (le très très très mauvais rap omniprésent durant tout le film) et je vais rêver d’un monde ou quand un rappeur faisait un film cela avait un sens.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 829 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Pan Da La Vengeance