“La propagande est le contraire de l'artillerie : plus elle est lourde, moins elle porte.”*

Avis sur La Vie d'Adèle : Chapitres 1 et 2

Avatar Tonto
Critique publiée par le

Pour faire la version "courte" de ma critique, rien de plus simple : sautez la partie 1...

Partie 1 : Dans la tête de Tonto

Ah, ah, ah !!! Adèle et sa famille mangent des spaghettis en famille ! Adèle fume une clope ! Adèle marche dans la rue ! On dirait tellement du cinéma burlesque à la Chaplin ou à la Keaton, c’est vachement bien trouvé !
Oh, oh, oh !!! On assiste aux masturbations intellectuelles que les profs de français et de philo imposent à leur classe, et évidemment, on parle du coup de foudre en classe, subtile mise en abyme ! Comme si c’était censé intéressé un spectateur doté d’un brin de bon sens...
Hi, hi, hi !!! On a que des plans serrés sur les visages, et les bords de l’écran ne s’élargissent que pour les scènes de sexe ! Effet comique garanti… A moins que ce soit juste Kechiche qui n’ait aucune idée de comment on manie une caméra. Dans tous les cas, c’est vraiment à pleurer de rire !
Ah, ah, ah !!! Le monde dans lequel vit Adèle est entièrement peuplé d’homosexuels ! A la fin, il y a un twist où on va apprendre qu’en fait, le film ne se passe pas sur Terre, c’est complètement cramé ! Ou alors pire, c’est peut-être censé être une autre mise en abyme ! Tellement fendard !
Ah, ah, ah !!! Emma fait croire à Adèle qu’elle connaît Sartre, alors que visiblement, elle a juste lu une fiche de lecture sur internet… Le pire, c’est qu’Adèle la croit, ah, ah !
Hi, hi, hi !!! Adèle a pas changé d’expression depuis le début du film, et ses parents lui disent qu’elle a une bonne tête aujourd’hui ! Elle est très forte pour diffuser aucun sentiment avec le moins de mimiques possibles, cette actrice !
Uh, uh, uh !!! Adèle et Emma visitent une galerie d’art où on voit que des sculptures représentant des femmes à poils… Encore une ridicule mise en abyme ou bien une recherche d’effet comique ?
Ah, ah, ah !!! Adèle a dit qu’elle aimait pas les fruits de mer, et c’est justement ce que les parents d’Emma lui ont préparé ! Trop drôle ! En plus, Adèle les goûte en faisant la gueule (mais bon, son secret, c’est qu’elle fait la gueule pendant tout le film) et elle dit que c’est bon ! Peut-être parce qu’elle éprouve un profond sentiment d’empathie avec ces mollusques… La vache, je sens que je vais craquer tellement c’est drôle !
Ouh, ouh, ouh !!! Il y a tellement de clichés qui s’enfilent comme des perles sur un collier que si le réalisateur devenait vendeur de colliers, il gagnerait assez pour vivre jusqu'à sa mort sans lever le petit doigt... Si c’était pas censé être une comédie, ce serait vraiment con, comme film !!!
Ah, ah, ah !!! Les parents d’Adèle demandent à Emma ce que fait son copain parce que le français moyen, il est tellement con que quand il voit sa fille ramener une autre fille aux cheveux bleus chez lui, il peut même pas imaginer que cette fille qui ressemble à une lesbienne à 1000 km puisse l’être vraiment, et surtout pas avec sa propre fille… Il y a que les bobos parisiens et lillois qui sont assez ouverts d’esprit pour savoir qu’un(e) homosexuel(le), c’est un être normal, bien sûr ! Tous les autres français sont des homophobes, évidemment...
Hi, hi, hi !!! Il y a une réunion de potes, et voilà qu’ils se mettent à disserter sur l’orgasme féminin, avec des références philosophiques pour faire croire que, malgré les apparences, ils ont bien un cerveau ! Et ces dialogues, vraiment ! Putain, ça faisait depuis Audiard que j’avais pas entendu des dialogues aussi subtils et biens écrits !!! Je me demande comment font les acteurs pour tenir...
Oh, oh, oh !!! Le mec, il veut montrer que tous les Américains sont racistes, alors il raconte que les seuls rôles qu’il trouve dans les blockbusters, c’est celui de terroriste, parce qu’il a une gueule d’arabe ! C’est tellement bien trouvé, comme gag !
Uh, uh, uh !!! Adèle est en train de danser avec un mec, elle voit Emma draguer une autre fille et elle est jalouse, alors qu’elle sait très bien qu’Emma baise des filles à tout va depuis ses 14 ans ! C’est pas marrant, ça ?

Ah, tiens ? Au passage, comme la première version que j’ai trouvé, c’est une version avec les sous-titres anglais (j’espère que vous ne pensiez pas que je regardais le DVD ! J’ai une conscience, quand même : un truc pareil, ça se pirate ou ça se regarde pas…), j’apprends que l’expression « la crème de la crème », ça se traduit pas, ça reste tel quel en anglais… Marrant, non ? (Désolé, on se distrait comme on peut !)
Bon, retour au fou rire !

Ah, ah, ah !!! Emma explique qu’elle assume parfaitement d’être lesbienne, qu’elle est anticonformiste et qu’elle est ouverte à toute critique, alors qu’elle est justement en train de montrer qu’elle est ultra-complexée à cause de son orientation sexuelle, qu’elle suit toutes les règles de l’art contemporain comme le pire des moutons et qu’elle ne supporte pas qu’on puisse émettre le moindre doute sur la qualité de son travail ! Si ça vous fait pas crouler de rire, ça, je sais pas ce qu’il vous faut !
Hi, hi, hi !!! Emma, soi-disant ouverte d’esprit, qui a passé sa vie à draguer des filles, devient jalouse d’Adèle parce qu’elle est en train de la tromper, je craaaque !!! S’il y avait besoin de confirmer que son homosexualité la complexe plus que tout, on en a maintenant la preuve... En plus, elle demande à Adèle pourquoi elle pleure, alors que la fille est en train de faire exactement la même tête que durant les 2 heures précédentes ! J’avais jamais vu un film aussi drôle ! Et Adèle qui essaye la stratégie du « je-chiale-devant-toi-pour-t’amadouer », alors qu’on sait bien que ça fait des siècles que ça marche plus, cette technique !
Ouh, ouh, ouh !!! Il y a Léa Seydoux qui fait semblant qu’elle est en colère, qui gueule, et qui montre qu’en fait, elle non plus n’a aucun talent d’actrice ! Moi qui croyais qu’elle savait jouer ! Oh, et en plus, Léa Seydoux sourit ! Vu comme c’est atroce et malsain, je comprends maintenant pourquoi elle tire, elle aussi, la tronche pendant le reste du temps…
Hi, hi, hi !!! Alors qu’Adèle est ENCORE en train de chialer, toujours avec sa tronche de merlan frit, voilà qu’Emma se pointe sans prévenir et que les deux filles commencent à se parler, comme s’il ne s’était rien passé ! Et Adèle qui fait une blague pas drôle, Emma qui lui dit qu’en fait, c’était drôle, alors qu’objectivement, elle est juste ultra-gênée, puis Adèle qui se plaint très finement d’être très seule... C’est pas marrant, ça ? Je vais faire une overdose de fou rire, si ça continue !!!
Oh, oh, oh !!! On assiste à l’exposition d’art d’Emma, et on veut nous faire croire qu’il y a plein de gens ! Comme si l’art contemporain intéressait beaucoup de personnes… Evidemment, les gens ont tous des discussions ultra-perchées, comme si c’était de l’art ! En plus, ils veulent nous faire croire que ce non-art porte des messages de vie et de passion ! Comme si un être humain normalement constitué pouvait le penser ! Ah, ah, je suis obligé de passer le film à m’essuyer les yeux, tellement c’est trop trop fun !
Ah, ah, ah !!! C’est déjà le générique, alors qu’en trois heures, il s’est absolument rien passé ! En plus, non seulement, il y a aucune fin (en même temps, il y a eu aucune intrigue), aucun personnage n’a évolué par rapport à sa situation initiale, et on veut nous faire croire qu’il va peut-être y avoir une suite, alors qu’on vient de faire trois heures de sur-place ! C’est pas possible de faire un truc aussi drôle !!!
Hi, hi, hi !!! En plus, il paraît que ce film a eu la Palme d’Or au festival de Cannes, festival qui est à peu près l’équivalent non assumé des Razzies Awards, et qu’apparemment, il y a des gens qui osent appeler ça du cinéma !

Ah, ah, je pleure de rire, c’est pas poss… Mais, heu… Attendez… Ce… C’est pas vrai ! C’était pas censé être une comédie ? Sérieusement ???

Partie 2 : Pourquoi ce film n'en est pas un

Bon, assez ri, il est temps de dresser un bilan de ce monumental navet qu’a pondu le sieur Kechiche, et, croyez-moi, c’est pas joli à voir :

1 – Si vous voulez être certain d’avoir du succès de manière facile, lâchez des homosexuel(le)s devant une caméra posée sur un rebord de table ou de fenêtre, dites-leur de faire ce qu’ils (elles) veulent, et allez faire un tour pendant trois heures. Revenez au bout de ce délai, et proposez votre film au festival de Cannes, c’est la Palme d’or assurée ! Il faut en effet savoir que ce qu’on y récompense, ce n’est pas la qualité cinématographique d’un film, mais sa qualité en matière de politiquement correct, et La Vie d’Adèle s’engouffre tellement loin dans ce domaine que le point de non-retour n’existe plus qu’à l’état de vague souvenir…

2 – De toute façon, de qualité cinématographique, ici, point. La seule raison d’être du film étant d’étendre le plus largement possible sa propagande pro-mariage pour tous et soi-disant anti-homophobie, on ne voit pas bien ce qui aurait poussé Kechiche à tenter de donner à son film une certaine valeur cinématographique. Ainsi, on voit s’enchaîner des plans dénués de toute forme d’esthétique, alternant des gros plans sur les visages (qui doivent occuper trois bons quarts du film) avec quelques plans larges, pour tout de même nous faire croire que cette histoire se passe dans un monde civilisé. Ça se veut sans doute un style quasi-documentaire ; c’est surtout d’une affligeante platitude. Quant à l’absence totale de jeu de l’actrice principale, je n’y reviens pas. Léa Seydoux, elle, se défend parfois, mais est rarement crédible. En tous cas, la scène d’engueulade des deux amantes est clairement un sommet de non-jeu, agrémentés de clichés désespérants, qui ne feront qu’apporter de l’eau au moulin des anti-gays. Que ce film soit anti-homophobe, c’est lui qui le dit. Homophobe, c’est déjà plus facile à voir. Cinématographique, en toute "objectivité" : pas du tout.

3 – Il paraît, donc, que ce film avait pour but de lutter contre une homophobie fantasmée par les bien-pensants actuels. Littéralement, le terme « homophobie » devrait désigner ceux qui ont peur des homosexuels. En réalité, ces gens n’existent pas (ou peu) en tant que tels. Ce que la plupart de nos bien-pensants actuels désignent par ce biais, c’est en fait cette part de la population qui est dégoûtée (et non pas effrayée, nuance) par l’homosexualité, et qui voit dans cette orientation sexuelle une attitude perverse et contre nature. Que ce soit vrai ou non, là n'est pas la question. Tout ce que j'en dis, c'est : laissons-les vivre sans attirer l’attention sur eux, ça se passe entre eux et leur conscience, pas entre eux et la mienne…
Ce qui m’énerve au plus haut point, en revanche, c’est cette manie de vouloir imposer à l’ensemble du peuple français une manière de vivre qui reste, malgré tout ce qu’on veut en dire, minoritaire, et qui est d’ailleurs souvent vécue sans soucis par ceux qui la vivent, ces derniers ne cherchant pas particulièrement à se la ramener devant tous leurs compatriotes. Mais dans la politique de chaos voulue et mise en œuvre par le gouvernement socialiste de M. Hollande (et évidemment promise par son petit chien Emmanuel Macron), politique qui passe par un démantèlement de la société, donc par une lutte contre tout ce qui se rattache de près ou de loin à la famille dite « traditionnelle » (pas besoin que je vous fasse un dessin, la Manif pour Tous s’en est un peu trop chargé…), il est nécessaire de rappeler aux gens qu’être homosexuel, c’est bien, c’est anticonformiste, c’est audacieux, c’est libérateur, etc... en tous cas, que ça vaut largement plus la peine que d’être hétéro, apparemment. D’où la sortie de ce genre d’étron, acclamé par le gouvernement, et par cette partie très minoritaire de la société qui a imposé ce gouvernement si incompétent à l’ensemble du peuple français.
On notera pourtant que tous ces gens, de M. Hollande à M. Kechiche, qui veulent à tout prix légitimer l’homosexualité en l’imposant aux yeux de tout le pays, ne sont nullement représentatifs de la part de société qu’ils disent pourtant représenter. Est-il besoin de rappeler que l’on trouve autant d’homosexuels au sein de cette pseudo « élite intellectuelle » qu’au sein du reste de la société, et même au cœur des Manifs pour Tous ou du Front National ? La Vie d’Adèle n’est donc que la manifestation de cette dictature de la pensée que vise à établir la bien-pensance actuelle, dont la présence à la tête du pays ne s’explique que par la conjonction d’un ras-le-bol plus ou moins général avec une flemme électorale, qui, elle, fut bien générale en 2012. Cette dictature de la pensée, comme tout totalitarisme qui se respecte, s’établit au détriment du peuple français, mais aussi – et c’est là le cœur du problème – au détriment des homosexuels, qui se voient stigmatisés à cause de cette prétendue lutte contre l’homophobie, une homophobie entretenue pour faire le beurre de gens comme M. Kechiche...

4 - Alors, M. Kechiche, la plaisanterie a assez duré ! Vous n’êtes pas le porte-parole de ces milliers d’homosexuels qui vivent en France, et qui ne demandent qu’à vivre normalement (ce qu’ils ont globalement réussi à faire, sans attirer l’attention plus que de raison, jusqu’à maintenant), vous n’êtes que celui d’une intelligentsia qui cherche à imposer son point de vue à l’ensemble du pays. Vous n’êtes même pas un réalisateur digne de ce nom, vous n’êtes qu’un profiteur issu du système, et qui a profité d’amis bien placés pour sortir ce film de propagande, qui ferait pâlir d’horreur Goebbels lui-même par son incroyable manque de finesse ! Si vous croyez avoir lutté contre l’homophobie avec un tel film, félicitez-vous : vous avez réussi tout le contraire. Il faudrait n’avoir pas d’yeux ni d’intelligence pour croire que vous avez contribué à faire reculer l’homophobie. Grâce à vous, non seulement, l’homophobie – ou ce que vous désignez comme tel – se porte très bien aujourd’hui, mais elle se porte même encore mieux qu’auparavant ! Vous n’avez fait qu’engendrer et consolider une homophobie latente, vous n’avez que permis aux homosexuels de se considérer comme encore plus stigmatisés qu’avant, M. Kechiche. Vous n’avez en tous cas rien fait qui soit digne d’être applaudi, fût-ce par le plus naïf des apôtres de la tolérance…

Au bilan, ce film n’est donc destiné qu’à cette étrange – et minoritaire – part de la population qui nous a imposé de vivre sous le joug de M. Hollande pendant 5 ans, et qui s'est plu – mystère de l’amnésie électorale qui touche inéluctablement tout cerveau vendu aux idéologies démocratiques actuelles ! – à réitérer son erreur en nous imposant cette fois le fils spirituel du plus mauvais président de la Ve République, à savoir Emmanuel « Hollande bis» Macron…
Pour les autres, ces Français « moyens », authentiques, que les bobos snobinards pseudo-intellectuels ont en horreur, à en juger par leur représentation par M. Kechiche, il n’y a évidemment qu’une seule bonne attitude à adopter vis-à-vis de ce brûlot anti-social et anti-cinématographique, qui n’appelle qu’à la haine de l’autre : le jeter à la poubelle dès que vous tombez dessus. Il n’intéressera que ceux qui ont engendré par leur propagande la colère des dits « homophobes », et qui croient, perchés sur leur nuage, loin de la terre des hommes, que les homosexuels sont une race à peine humaine qu’il convient d’instrumentaliser au service de son idéologie. Alors que si vous vivez dans le même pays que moi, vous savez très bien que les homosexuels sont des gens comme les autres, qui se fondent dans la population d’une manière autrement plus réussie que les bobos susnommés. Des bobos qui sont persuadés que la priorité doit être d’accorder aux homosexuels plus de droits que l’on n’en accorde à leurs concitoyens…
En tous cas, la grande réussite du film, c’est de nous faire voir d’un autre œil tous les remakes, prequels, spins-off, reboots, et autres termes bien français pour désigner les produits dérivés et sagas de toutes sortes que sont les Fast & Furious, les Transformers, les Power Rangers et autres Belle et la bête… Parce qu’eux, au moins, ils rentrent dans la catégorie « cinéma ».

*Jean Giraudoux

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 901 fois
9 apprécient · 11 n'apprécient pas

Tonto a ajouté ce film à 2 listes La Vie d'Adèle : Chapitres 1 et 2

Autres actions de Tonto La Vie d'Adèle : Chapitres 1 et 2