" Ce film ne devrait pas sortir, il a été trop sali"

Avis sur La Vie d'Adèle : Chapitres 1 et 2

Avatar APY Boom
Critique publiée par le

Commençons par le négatif, puisque c'est ce que j'ai commencé à lire en premier.

Une histoire de gouines ? C'est surtout pour moi une histoire d'amour, de passion, d'initiation... dont les protagonistes pourraient aussi bien être deux hommes ou ... un homme et une femme ( mais cela existe déjà, non ? )

J'avais d'abord ( à sa sortie ) lu et adoré la BD, et j'ai aimé cette adaptation au cinéma, qui s'en éloigne à la moitié. Julie Maroh peut s'en plaindre... à l'auteur. C'est leur problème : pas le mien !
D'ailleurs la fin de l'histoire, dans sa banalité, est peut être plus crédible : Une passion finit toujours par "s'apaiser", les écarts d'âge, de milieu social, d'intérêt... deviennent bientôt des défauts. Pas besoin d'en rajouter avec la maladie et la mort : la rupture est suffisamment douloureuse pour Adèle, qui n'a pas compris ce qui lui arrive. C'est apparemment ce qui gêne certains. Pas moi.

Quant à la polémique avec les techniciens, si je comprends qu'ils déplorent leurs conditions de travail et de rémunération, je pense qu'ils n'ont qu'à attaquer Khéchiche aux Prud'homme pour non respect du contrat... Si le film "marchait bien", ce serait d'autant plus facile pour eux de se faire entendre, et de récupérer des indemnités conséquentes. Ce que la médiatisation de ce conflit, qui a tant desservi le film ( nous étions peu nombreux dans la salle, mais c'était un Lundi soir ). risque justement de rendre plus difficile. Enfin, il me semble que les méthodes de travail de l'auteur sont connues, tout de même ! On peut toujours refuser de travailler pour quelqu'un, non ?

Pourquoi les deux actrices se sont elles mises aussi à critiquer un film dont elles n'avaient jusqu'alors eu aucun scrupule à assurer la promotion ? Et puis revenir après en arrière, pour essayer de réparer les dégâts ! ... J'avoue que ça m'a irrité contre elles, mais j'ai fini par me dire qu'elles étaient, comme beaucoup d'autres, victimes de la Société du Spectacle.

Pour Léa Seydoux, c'était peut être une manière de se dédouaner vis à vis de ceux qui critiquaient sa prestation. De fait, elle n'est pas l'héroïne du film. Elle n'est que le faire valoir, l'objet des désirs d'Adèle, son initiatrice... son Mentor au féminin. Forcément plus distanciée. Et je ne l'ai pas trouvée mauvaise dans ce rôle là. Par exemple, si certains jugent qu'elle joue mal la séance de rupture, moi j'ai compris que le personnage n'est pas à l'aise, car il porte une lourde responsabilité : c'est de sa "faute", si Adèle va chercher ailleurs ce qu'elle ne reçoit plus.

L'héroïne du film, c'est Adèle, et c'est vrai qu'elle est craquante, cette jeune fille qui se cherche : ses rondeurs, sa fraîcheur, sa bouche en coeur, ses dents de lapin... Hhhhmmm... On a envie de la prendre dans ses bras et de la cajoler tendrement... de la dévorer toute crue. En tout cas il semble logique qu'Emma en ait envie, et tout aussi logiquement lèche ses larmes, et même cette morve qui coule avec tant d'abondance ( symbole de l'enfance ? ). L'aveuglement de la passion peut conduire en effet à faire des choses qu'on trouve répugnantes en temps ordinaire. Mais comment faire jouer cela à une comédienne, même chevronée comme Léa Seydoux ?

Or le souci du détail authentique, cette volonté de cadrage "serré" au plus près des personnages et du quotidien qui sans doute nous les rend d'autant plus proches... sont justement la marque de fabrique de Khéchiche... qu'ignorent obstinément ceux qui ont trouvé son film un peu long. Ceux qui le trouvent caricatural ( sur les parents, le milieu de l'Art...) sont ils vraiment de bonne foi ? Qu'est ce qui leur permet de juger que ça n'existe pas dans la réalité ? Moi qui en ai une petite expérience, je n'ai pas été choqué.

Ma seule grosse critique : Je suis un vieil hétéro, et j'ai bien conscience de ne pas être le mieux placé pour apprécier les scènes d'amour physique entre femmes, mais je suis sensible à ce que reprochent certaines lesbiennes. J'ai trop eu l'impression que les demoiselles jouaient un rôle ( sans réelle passion, ni beaucoup de tendresse ), et que celui qui les mettait en scène ne maîtrisait pas très bien non plus son sujet.
C'est sûrement pour cela qu'on a parlé de scènes "Porno". Mais les voyeurs venus essentiellement pour cela ont dû être déçus car, comme le dit si bien Keshin ( je vous renvoie à sa critique pour les détails plus attractifs ;-) ) : " Le porno, même chic ou arty, ça va plus loin que ça. Ça montre clairement les choses, ça ne les survole pas..."

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 404 fois
3 apprécient

Autres actions de APY Boom La Vie d'Adèle : Chapitres 1 et 2