Le film qui montre qu'Adèle est une hétéro qui a fait sa crise d'ado

Avis sur La Vie d'Adèle : Chapitres 1 et 2

Avatar EliseMarty
Critique publiée par le

Ayant lu la BD quelque temps avant le film, je portais beaucoup d'espoir dans celui-ci. Le concept de "libre" adaptation n'aura jamais aussi bien porté son nom que pour ce film et pour le 7ème fils...

A mes yeux, ce film n'est ni une bonne histoire d'amour (mais une passion charnelle d'enfants) ni une bonne représentation des lesbiennes dans la société (ce qui serait pardonnable si le film n'était pas sorti à un moment aussi tendu que l'a été la loi du mariage pour tous. Non, sérieux, il a pas du tout servi la cause le bébé ... ).
A ça je rajouterai que le discours du festival de cannes pour vendre le film est complètement surréaliste et à terminé de me dégoûter du film.
Du coup, j'avoue avoir beaucoup de mal à juger le film en tant que tel tant il était mal parti à mes yeux.

Mais soit, essayons. J'adore le réalisateur. J'aime voir des gens manger des pâtes pendant 5 minutes. Ce film est surtout plein de parallélismes et j'adore ça. Sauf que là c'est très grossier.
1 - Son rencard avec le monsieur
2 - Son rencard avec la madame
Dans les faits, il se passe à peu près la même chose si ce n'est que la position d'Adèle est inversée dans les deux plans. Au début, elle est celle qui apprend à l'autre, ensuite c'est l'inverse. Bon. Le message est très simple : Adèle n'est pas attirée par le garçon mais elle est attirée par la fille, c'est pour ça qu'elle couche avec Léa (jesaisplussonnom) dès le premier rendez-vous alors que pour le garçon elle se force un peu. Déjà j'ai un petit problème. C'est nul comme histoire. C'est particulièrement mauvais si on compare avec les autres films du genre et ce qui a été fait avant la vie d'Adèle.

Le saphisme n'a rien à voir avec le fait d'être attiré sexuellement par les filles. C'est le fait d'en aimer une et de vouloir être avec elle envers et contre tous.

Voilà, je l'ai dit et même que je le mets en avant par une mise en page subtile. Non, plus sérieusement, Adèle est hétéro. Je sais, c'est marqué dans le titre de la critique donc ça sert à rien de le tourner comme une révélation mais n'empêche que c'est vrai. Mais avant de le comprendre, il faut se farcir une horrible scène de cul longue à en mourir d'ennui.

Le problème que j'ai avec les scènes de sexe dans ce film c'est qu'elles obéissent un peu aux lois du film porno. Tant dans l'éclairage (pour la deuxième chez Adèle) que dans les positions (Ca commence bien mais, franchement, vers la fin, c'est à la fois inconfortable voire improbable pour une première expérience. Qui fait un 69 pour sa première fois ? Non vraiment, je suis curieuse), jusqu'à cette espèce de coupage incohérent qui les place dans un parc puis à poil en oubliant tout ce qu'il se passe au milieu dans une relation. Il ne manque que les zoom vaginaux mais on voit tout de même un joli pénis en érection.
Tout ça pour dire que ces scènes ne servent qu'à faire plaisir au spectateur (je suppose mâle mais j'ai des amies qui ont apprécié le visionnage) et à montrer qu'au pieu, c'est vachement mieux. J'avoue que faire l'amour avec un garçon gentil qui nous couvre tout doucement, yeux dans les yeux, c'est tellement plus chiant qu'une revisite complète du kamasutra . Sérieux, paye ton originalité en plus, le cliché absolu. Bref, pour un film qui se veut réaliste, j'ai trouvé cette scène mal positionné dans la trame narrative ... Dommage, les 2 premières minutes sont ... miam et après on sait même plus qui a la tête où.

Donc, deuxième partie. Considérons qu'à partir de là je SPOILE.
Petit saut dans le futur, Adèle est malheureuse avec Léa et la trompe donc ... avec un homme <3
En soit c'est pas grave, c'est le cas dans la BD. Sauf que dans la BD c'est justifié, là beaucoup moins. Le truc, en fait, c'est la raison pour laquelle elle la trompe. Léa ne s'occupe pas d'elle et la délaisse (ce qui est le cas de beaucoup de couple donc j'aime le réalisme), bien qu'elle la délaisse mais dorme à poil. Ce qui confirme que c'est purement sexuel entre elles, pour moi.
Bref. Pendant ce temps, quelqu'un d'autre s'occupe d'elle, la traite convenablement, toussa toussa, donc homme ou fille, ça n'a vraiment aucune importance. Il y a aussi cet autre garçon avec qui elle s'entend bien et avec qui on rêve de la voir finir.... hein ? On rêve de la voir finir avec un pote de Léa ? Mais ... Je ne rêve pas. Les deux filles se séparent et Adèle rechange doucement de bord. De mémoire elle ne parle à aucune autre fille, n'en drague pas, ne semble même pas attiré par une autre, même célibataire.

Je voudrais accorder encore quelques lignes pour revenir sur ma définition du saphisme. C'est en aimer une. La question que je me suis posée en sortant de la salle c'était uniquement : mais est-ce qu'Adèle a vraiment aimé Léa à un moment donné ? Le film coupe tous les moments qui auraient pu le montrer, que ce soit les petites attentions qu'on se fait quand on s'aime, les moments de complicités qui rapprochent, les petits mots doux qui nous viennent dans les moments importants. Bref, ce qui c'est peut-être passé pendant l'ellipse entre leur rencontre et leur séparation.
Au final, on ne saura jamais si leur histoire était de l'amour, de la passion ou de la curiosité parce que le réalisateur avait envie de nous montrer 20 minutes de cul. yeaaaah, merciii.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 341 fois
3 apprécient

EliseMarty a ajouté ce film à 1 liste La Vie d'Adèle : Chapitres 1 et 2

  • Sondage Films
    Cover Les pétards mouillés

    Les pétards mouillés

    Avec : Le Hobbit : Un voyage inattendu, Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal, Man of Steel, The Amazing Spider-Man,

Autres actions de EliseMarty La Vie d'Adèle : Chapitres 1 et 2