Les fesses d'Adèle

Avis sur La Vie d'Adèle : Chapitres 1 et 2

Avatar Ronald  Frangipane
Critique publiée par le

Largement critiqué pour ses scènes de sexe explicites, La Vie d'Adèle est avant tout un film d'amour, ce que semblent oublier ses détracteurs. Les deux actrices principales sont bluffantes de réalisme dans ce qui apparaît d'abord comme un film sur la recherche de soi. Adèle, adolescente un peu mal dans sa peau (comme la plupart des ados de son âge) essaye tant bien que mal de vivre sa vie. Dès les premiers dialogues il paraît évident qu'Adèle n'est pas une ado comme les autres, répondant aux charmes du "beau mec" de la classe un peu par défaut, parce que c'est ce que la société, ses amis et ses parents attendent d'elle. Mais quand elle aperçoit au détour d'une rue la jolie Emma, elle ne sait plus quoi penser et se retrouve, pour la première fois de sa vie, perdue. Cette scène est d'ailleurs magnifique et parvient brillamment à rendre compte de la confusion interne qui agite Adèle. De manière générale d'ailleurs le film est très bien réalisé, les cadres de Kechiche sont habiles et précis. J'en veux pour preuve la scène de rencontre dans le bar, où le cadre qui montrait de nombreuses personnes auparavant, est resserré sur Adèle et Emma quand elles se parlent. Une manière efficace de montrer le lien qui se crée immédiatement entre elles.

Le seul reproche que je pourrais faire à ce film vient justement des scènes de sexe. Non pas qu'elles soient trop explicites, là n'est pas la question. Encore une fois, il serait temps que les puritains se rendent compte que le sexe fait partie intégrante de l'amour et que le montrer explicitement ne fait pas du réalisateur un pornographe, mais montre un désir d'expliquer que le sexe n'est que l'expression de cet amour montré explicitement dans le reste du film. Ici cependant les scènes de sexe de Kechiche se rapprochent tout de même quelque peu de la pornographie, dans le sens où leur longueur et le fait qu'elles soient largement montées (et ce sous tous les angles) font preuve d'une envie de Kechiche de voir ses actrices baiser dans tous les sens, ce que je trouve un peu gênant. De plus, le fessier d'Adèle est souvent le centre d'attention de la caméra de Kechiche (d'où le titre de cette critique) et cette fascination pour ce cul (tout aussi appétissant soit-il) me laisse perplexe. Là où Love, de Gaspar Noé se contentait de plans fixes et de peu d'artifices pour montrer l'acte sexuel dans sa plus pure simplicité, Kechiche le fait d'une manière qui me semble un peu grossière. Ainsi, les scènes de sexe ne sont pas les moments les plus sensuels du film. Si je ne devais retenir qu'une scène à ce sujet, ce serait celle où Emma dessine Adèle dans le parc. Il y a quelque chose dans les dialogues, l'alchimie entre les deux actrices, les regards ou la façon dont le soleil joue dans les cheveux d'Adèle que je trouve infiniment plus érotique que ces scènes de coït. À trop vouloir en montrer, on fini par dénaturer la chose même que l'on voulait montrer.

Sinon le film parvient à bien rendre compte de l'évolution de la relation d'Emma et Adèle et de l'état psychologique de cette dernière. Je me suis rarement senti aussi impliqué dans un film, la faute à Kechiche, qui parvient à rendre intéressant n'importe quel dîner familial. Être témoin de la naissance d'une romance, et la voir voler en éclats lors d'une scène de rupture d'une intensité insoutenable a quelque chose de grandiose. On ne peut que se sentir mal à la vue d'Adèle essayant tant bien que mal de recoller les morceaux. Ce n'est pas un film facile à regarder, mais qu'est-ce qu'il est beau. Les trois heures passent en un clin d’œil. Pour pinailler, je pourrais déplorer quelques longueurs, mais elles sont nécessaires pour montrer la langueur qui s'empare d'Adèle. Si je le revoie, peut-être bien que je mettrai un 9.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1254 fois
4 apprécient

Ronald Frangipane a ajouté ce film à 4 listes La Vie d'Adèle : Chapitres 1 et 2

Autres actions de Ronald Frangipane La Vie d'Adèle : Chapitres 1 et 2