👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

En 1920, le commandant Delaplane est chargé d'identifier les centaines de milliers de morts et de blessés anonymes, hérités de la Grande Guerre. Un travail de fourmi, alors que les cadavres s’amoncèlent encore !

"La Vie et rien d'autre" aborde ainsi la Première Guerre Mondiale sous un angle original. Plutôt que de montrer directement l'horreur du conflit, Tavernier en montre en permanence les conséquences. Des familles brisées, un pays qui croule sous les victimes (à tel point que l'armée cherche à minimiser le nombre de cadavres), des objets nostalgiques ou meurtriers qui font surface régulièrement, la volonté de mémoire des communes et du gouvernement, et bien sûr des paysages apocalyptiques en réaménagement. Bref, se souvenir mais aussi reconstruire, chez les humains et dans la logistique !

C'est sur le plan visuel que le film frappe fort. Tourné avec une très belle photographie grisâtre, l'allure automnale et boueuse du film sied très bien à cet univers où tout est provisoire, et où les personnages et l'environnement semblent littéralement s'accrocher, ou s'appuyer, sur les ruines du passé. Un grand soin est apporté à ce niveau, avec notamment bon nombre de figurants et des décors soignés.

Dans tout cela, on suivra avec attachement cet officier incarné par un charismatique Philippe Noiret, qui sera touché par la recherche de deux femmes, et qui tient à faire son métier proprement, malgré les entraves de ses supérieurs qu'il gêne. A ses côté, quelques seconds rôles hauts-en-couleurs. Dont plusieurs touches d'humour réussies, avec un sculpteur joyeusement infecte campé par Maurice Barrier, et une sous-intrigue très drôle sur la recherche d'un corps de soldat inconnu...

"La Vie et rien d'autre" est ainsi un beau film, et une approche originale sur la Première Guerre mondiale.

il y a 1 an

1 j'aime

La Vie et rien d'autre
DjeeVanCleef
8

Les fleurs du Mâle

Je suis une fleur. Fragile. Un coquelicot. Il faut de la délicatesse pour me cueillir sans m'abîmer, sans que mes pétales ne s'envolent aux quatre vents. Et il y a des films qui te cueillent comme...

Lire la critique

il y a 8 ans

64 j'aime

20

La Vie et rien d'autre
Sergent_Pepper
9

Mémoire de nos pairs

La vie et rien d’autre est un film historique. Ample par sa reconstitution, doté d’un casting prestigieux, il semble s’inscrire dans une tradition dont nous visionnons aujourd’hui encore les...

Lire la critique

il y a 8 ans

58 j'aime

12

La Vie et rien d'autre
Ze_Big_Nowhere
8

Mémoires d'outre-tombe

Octobre 1920. Un bord de plage terne et délavé où des vagues grises frappent le sable comme un cocher les cuisses de son canasson. Un jeune homme accompagné d'une infirmière, se tient sur un...

Lire la critique

il y a 8 ans

46 j'aime

23

Le Dernier Mercenaire
Redzing
2

Et pourtant il l'avait prédit...

En 2001, alors qu'il fait la promo de "Replicant", Jean-Claude Van Damme est invité sur un plateau télé français. Il expose, dans un franglais plus ou moins cryptique, les principes de ce qui...

Lire la critique

il y a 10 mois

16 j'aime

16

Enola Holmes
Redzing
4
Enola Holmes

Holmes quitte l'école élémentaire

Tout le monde connait bien sûr Sherlock Holmes, le plus grand détective du monde. Les amateurs connaissent déjà son frère Mycroft, moins malin et plus conservateur. Voici maintenant sa sœur cadette,...

Lire la critique

il y a plus d’un an

11 j'aime

1

Metal Lords
Redzing
4
Metal Lords

Sous le métal, la guimauve

Contrairement à ce que Netflix essaie de vendre, "Metal Lords" n'a rien d'un film subversif, ni vraiment "métal" sur le fond. Il s'agit d'un teen movie tout ce qu'il y a de plus classique et...

Lire la critique

il y a 2 mois

9 j'aime

7