Bordel sympathique

Avis sur La Ville bidon

Avatar Alcofribas
Critique publiée par le

Son côté bricolo vaguement anarchisant — reflet d’une époque ? — rend le travail de Baratier sympathique. Mais suffit-il pour faire un bon film d’interviewer avec sympathie des gens plus ou moins sympathiques ? J’écris « interviewer », parce que le film baigne dans une esthétique de reportage. Il y a bien un embryon de récit (la construction d’une ville nouvelle), mais il ne se révèle que le prétexte à une galerie de portraits guère originaux et presque aussi artificiels que les dialogues : locataires témoins, député-maire douteux, architecte à la langue de bois, promoteur véreux, sociologue corrompu, « casseurs » et concierge alcoolique…
On se retrouve donc avec un mélange bordélique de fiction sans intrigue et de documentaire sans propos, ce qui tient lieu de point de vue — et pourrait donner de l’intérêt à l’un ou à l’autre — ne dépassant pas le stade d’esquisse. "La Ville-bidon" trouverait son équivalent animalier dans le bâtard à trois pattes qu’on a recueilli un soir de pluie, et qu’on garde parce qu’il ne prend pas beaucoup de place, qu’il ne mord pas et qu’il finit tous les restes.
Il y a tout de même "la" scène qui donnera de l’urticaire aux amis frontistes de Brigitte Bardot, et un épisode de démarchage à domicile qui ne fera pas passer "La vérité si je mens !" pour une comédie.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 312 fois
1 apprécie

Autres actions de Alcofribas La Ville bidon