👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Un grand souffle vient dépoussiérer la ville musée à laquelle on aurait tord de réduire Rome. Un ouragan plutôt, tant La Grande Bellezza époustoufle et décoiffe. Incontestablement mon grand coup de cœur de la première moitié de l’année 2013, je découvre par la même occasion Paolo Sorrentino qui s’annonce comme un cinéaste à ne pas perdre de vue !

Sorrentino dresse un portrait résolument moderne de la Rome très mondaine dans laquelle évolue Jep Gamberdella, journaliste sexagénaire qui a surfé durant quarante ans sur le succès de son premier et unique livre. C’est aux rythmes de Yolanda Be Cool que l’on traverse les soirées endiablées des célébrités fortunés sur les terrasses des immeubles parisiens, et que l’on assiste à ce grand néant que Jep confesse être sa vie. Regard critique sur ses propres frasques, mais pas au point de daigner perdre son titre de Roi des mondains. A l’aune de ses 65 ans, Jep retient cependant une leçon : qu’il n’a plu le temps de faire ce dont il n’a pas envie... A la recherche d’un sens à sa vie, Jep nous entraine dans les méandres de sa vie, nous amuse par son cynisme, et nous fait rêver face à ce qui serait le décor parfait de nos prochaines vacances.

La Grande Bellezza est en parfaite continuité avec l’imaginaire de Rome. Du colisée qui s’élève fièrement sous les fenêtres de Jep, à ces hôtels particuliers que Sorrentino nous offre la joie de découvrir, le film s’inscrit dans une longue tradition italienne qui réinvente périodiquement l’essence de la ville antique. C’est sans doute à juste titre si l’on a pu lire dans les colonnes de plusieurs articles qu’on avait désormais un « Sorrentino-Roma ». Les clins d’oeils à Fellini sont d’ailleurs suffisamment marqués pour que La Grande Bellezza soit qualifiée d’hommage au grand réalisteur. A travers la passion de Jep pour les couvents, il semble aussi s’allier à Nanni Moretti pour compléter un portrait affectueux mais cynique de la sainteté catholique.

Beaucoup d’humour, un coup de caméra de maître et un montage efficace achèvent de faire de ce scénario atypique sur les hauteurs de Rome un chef d’œuvre magnifique. Une « grande beauté » ? Assurément !
Mylex
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 8 ans

4 j'aime

La grande bellezza
guyness
5

Fortement, à Rome, attisé

En fêtes, tu es un garçon plutôt triste Au fond, quoi de plus lugubre qu’une fête ? Attention, je ne parle pas d’un soirée improvisée entre pote ou une bonne bouffe en nombreuse compagnie. Encore...

Lire la critique

il y a 8 ans

63 j'aime

12

La grande bellezza
Sergent_Pepper
7

Le tourbillon de la vanité

Le prologue du film est on ne peut plus programmatique. En mouvement constant, il explore dans toute la latéralité possible une place et les gens qui s’y croisent, avant qu’un micro événement – la...

Lire la critique

il y a 9 ans

61 j'aime

La grande bellezza
Arlaim
9

La Grande Beauté perdue dans le Néant

En 1960, La dolce vita libère l'imaginaire de Fellini et lui ouvre les portes de l'onirisme et de la psychanalyse. En effet, pour la toute première fois, il raconte et dépeint généreusement un monde...

Lire la critique

il y a 8 ans

53 j'aime

La grande bellezza
Mylex
9

Critique de La grande bellezza par Mylex

Un grand souffle vient dépoussiérer la ville musée à laquelle on aurait tord de réduire Rome. Un ouragan plutôt, tant La Grande Bellezza époustoufle et décoiffe. Incontestablement mon grand coup de...

Lire la critique

il y a 8 ans

4 j'aime

Boy Culture
Mylex
7
Boy Culture

Critique de Boy Culture par Mylex

Boy Culture est d'abord une comédie gay « dans les règles de l'art » : surabondance d'hommes torses nus, frivolités sexuelles et traitement avec légèreté du sujet de l'homosexualité, sans...

Lire la critique

il y a 10 ans

2 j'aime

3

Dark Shadows
Mylex
8
Dark Shadows

Un film d'animation avec des acteurs en chair et en os

Une fois de plus, Tim Burton sait nous entrainer dans un univers dont lui seul a les clés. Peut être même plus que d'habitude, et c'est sur ce point que portent la majorité des critiques qui me sont...

Lire la critique

il y a 10 ans

1 j'aime

2