La faim des temps

Avis sur La nuit a dévoré le monde

Avatar Fatpooper
Critique publiée par le

Moyen moyen tout ça!

L'idée de base n'est pas mauvaise, montrer comment un homme survit seul et la folie qui le guette en pareilles circonstances. Sauf que c'est compliqué à écrire. Le problème ici, c'est qu'il n'y a pas d'objectif principal et le refus de se lancer dans une quête (comme dans les autres survivals zombieens) n'est pas assez mis en évidence. Le héros est juste là mais ça paraît naturel qu'il ne s'échappe pas, car il n'a pas vraiment d'échappatoire. Et cette donnée là rend d'ailleurs l'arrivée de l'autre personnage assez peu pertinents et aussi peu crédible (comment est-elle entrée?). DU coup, que fait-on pendant les 3/4 du film ? On attend. On attend qu'il se passe quelque chose. Le chat aurait pu constituer une sous-intrigue plus intéressante pour rythmer le récit, lui donner une structure. Mais non, l'idée est vite mise de côté. On voit donc le héros survivre comme il peut mais le manque de vivres ne se fait jamais vraiment sentir, au contraire on nous montre qu'il est bien organisé. On s'ennuie alors. Ceci dit, pour certains auteurs, provoquer l'ennui chez le spectateur équivaut à faire ressentir l'ennui ou la solitude d'un personnage. Pas chez moi. Quand je regarde un film d'horreur, je ne demande pas à souffrir autant que les victimes du tueur fou. Donc quand je regarde un film sur la solitude je ne tiens pas à m'ennuyer. De toutes façons c'est impossible de faire ressentir la solitude chez un spectateur : imaginez qu'il aille voir le film en salle, comment oublier les gens autour de lui ? Non, l'ennui n'est décidément pas une bonne chose. Il y a tout de même des idées intéressantes. Et d'autres idées qui auraient pu l'être. Comme montrer le moment où tout bascule de cette manière là. Cela aurait pu être chouette. Mais on a du mal à imaginer que le héros ait pu survivre ainsi sur le moment, ce n'est pas hyper crédible. De manière générale, le manque d'objectif principal et de conflits (et donc de structure) nuisent gravement à la narration, pour le reste, c'est correct.

La mise en scène n'est pas vilaine non plus, on trouve quelques plans ambitieux. Evidemment, ce n'est pas du Spielberg avec des mouvements bine calés, mais avec les moyens du bord, avec un bon angle de vue, de bons décors, le réalisateur parvient à nous faire retranscrire le bordel extérieur et intérieur. On va dire qu'on est dans la veine d'un Carpenter, c'est-à-dire qu'on privilégie un huis-clos et les extérieurs ne sont pas très explorés, ce qui permet de limiter le budget mais aussi l'inventivité (parce que mine de rien, quand il y a exploration, ce n'est pas simple de maintenir l'intérêt tout au long des lieux visités : il ne faut pas qu'ils se ressemblent trop, il faut que chaque lieu ait son identité propre, avec ses propres conflits). Les acteurs sont bons aussi. Les effets spéciaux sont plutôt réussis : le réalisateur suggère pas mal de choses au niveau des mises à mort, ce qui est très bien ; ça lui permet de se concentrer sur de bons maquillages qui n'auront pas à résister à un trop plein d'action.

Bref, ça se regarde mais c'est un peu chiant.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 473 fois
4 apprécient

Autres actions de Fatpooper La nuit a dévoré le monde