Avis sur

La piel que habito par Sysy Casal

Avatar Sysy Casal
Critique publiée par le

spoil
C'est l'un des films qui m'a le plus marqué dans son interrogation de l'éthique humaine, oui il y a eu une violence (un viol), qui fait suite à un traumatisme très grave(défenestration de la mère sous les yeux de sa fille), avec encore beaucoup de fragilités psychologiques (tant de la jeune fille que de son père manifestement très culpabilisé et qui a complètement peté les plombs avec son égo de médecin), de fait une violence qui peut aussi ressembler à un gros malentendu, aussi grave soit cette violence et dans le contexte le jeune avait semble- il vraiment le sentiment que c'était un oui, même si finalement c'était un non. De part notre connaissance de l'histoire de la fille, on comprend son attitude légère, la fille qui sort de son institution, jeune adulte avec peut être des envies non maitrisées et le fait que tout celà mène à un nouveau traumatisme pour elle, mais le gars ne savait rien de son histoire! (on peut vraiment interroger de nouveau jusqu'ou va le consentement et à partir de quand, à partir de quel signe ressent-on que l'on doive s'arrêter? ce n'est surement pas assez clair, ni chez l'es filles, ni chez les garçons même si ça semble facile de partir du principe qu'il s'agisse juste d'un oui ou non... je pense qu'il est urgent d'évoquer toutes ces questions en profondeur au vu de tout ce qu'il se passe à ce sujet dans notre société) . Est ce que cette violence justifie pour autant toute la violence qui va s'en suivre et la mise en balance de l'identité du gars? cette histoire est vraiment terrible, car il s'agit à mon sens d'un enchainement de violences, ou tout le monde souffre de son histoire, de ses incompréhensions de ses dépassements de soi. Chacun s'auto-piège aussi dans son ego de mâle dominant, le médecin en créant la réplique de sa femme fini par s'y perdre et en mourir et le gars qui viole fini par se faire violer autrement aussi.
J'ai aussi beaucoup aimé la fin, à savoir que finalement cette nouvelle identité féminine imposée l'amène vers ce que le gars souhaitait dés le départ, l'amour de sa collègue homosexuelle (du moins j'aime à l'imaginer!)
Trés bon film

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 99 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Sysy Casal La piel que habito