Merci.

Avis sur La sortie de l'usine Lumière à Lyon

Avatar Claire Meyer
Critique publiée par le

Aaaaahh..La sortie de l'usine Lumière. Cette vue lumière, d'un peu près une minute, est considérée comme l'acte de naissance du cinéma. Lors de la création du cinématographe, Louis Lumière a déclaré que son invention « sera exploitée pendant un certain temps comme une curiosité scientifique, mais à part cela, elle n'a aucune valeur commerciale quelle qu'elle soit ». Nous savons tous aujourd'hui ô combien il se trompait. Je considère l'invention du cinématographe comme la plus grande invention du XIXème. Du XIXème ? De tout les temps peut-être. La roue, la machine à calculer, l'automobile ? Pfff, n'avez vous donc jamais vu le sourire d'Ingrid Bergman ? Le cinéma est un art qui permet d'inscrire nos souvenirs à jamais, de raconter des histoires inimaginables, de faire vivre des choses qui n'ont jamais vécues ou de continuer à faire vivre des époques et des personnalités disparues depuis longtemps. Alors, c'est pour ça, Messieurs Lumière, que je voudrai vous remercier. Merci, pour les jambes de Sharon Stone dans Basic Instinct, merci pour les trilogies de Lucas, merci pour les centaines d'adaptations des textes de Shakespeare, merci pour la fin de 2001, merci pour le générique d'Alerte à Malibu, merci pour le labyrinthe de Shining, pour les cigares du Parrain, merci, pour le banc de Forrest Gump et le savon de Fight Club, merci pour les décors du Dr.Caligari, merci pour le pas d'Amstrong sur la lune, merci pour les couleurs des Miyasaki et les chansons des Disney, merci pour tous les gags de Chaplin, merci pour toutes les danses de Singin' in the Rain, merci pour les immeubles de Metropolis et pour le fouet d'Indiana Jones, merci pour la dernière réplique de Certains l'aiment chaud, merci pour tout le sang versé dans les Tarantino, merci pour le plan-séquence de Birdman, merci pour toutes les blondes hitchcockiennes, merci pour la luge de Citizen Kane. Merci pour tous les thrillers, biopics, péplums. Merci pour toutes les comédies romantiques, merci pour tous les westerns spaghetti. Merci pour tous les films d'épouvantes, films historiques, films parodiques et les drames. Merci pour toutes les comédies, les films de guerre, les films musicaux, d'animation, d'action. Merci pour l'aventure, la catastrophe. Merci pour les documentaires, pour les films expérimentaux, pour la SF, pour le porno (oui, aussi) et les nanars (oui, surtout). Merci pour toutes les larmes devant Titanic, tous les fous rires entre amis devant Le Dîner de Cons, tous les frissons devant Vendredi 13 et Freddy, merci pour l'incompréhension collective après le premier visionnage d'Inception, et pour l'admiration immense survenue lors des 10 visionnages suivants, merci pour la joie effrayée que seuls les Gremlins peuvent produire.
Merci pour cette douce excitation lorsque les lumières s'éteignent, et merci pour cette terrible déception lorsque le générique apparaît. Merci pour tous les caméos, pour les anecdotes de tournage épiques, pour toutes les improvisations ; merci pour les images cachées à la fin du générique, merci pour les bandes son et tous les trailers aussi, pour chaque affiche, chaque festival du cinéma.
Merci pour toutes les émotions, toutes les sensations. Merci pour tous les films, toutes les séries, dessins animés, clips vidéo, podcasts, pubs..mais surtout les films quand même. Merci pour tout le cinéma du monde. Merci.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 455 fois
5 apprécient

Autres actions de Claire Meyer La sortie de l'usine Lumière à Lyon