High hopes

Avis sur La vie est belle

Avatar Kalopani
Critique publiée par le

"It's a Wonderful Life" est incontestablement le film emblématique de Frank Capra. Pour certains, il s'agit d'un doux souvenir d'enfance, celui de découvrir sur le grand écran ce délicieux conte de Noël ; tandis que pour d'autres, drapés dans leur certitude d'adulte, il ne s'agit que d'un écœurant ramassis de bons sentiments, une sucrerie véritablement indigeste. Généralement les uns détestent ce que les autres adorent ! Une affaire de point de vue, selon que l'on voit le verre à moitié plein ou à moitié vide. Bon, Capra ne laisse pas indifférent, c'est bien là l'essentiel.

Pour moi, les choses furent un peu différentes ! J'ai découvert le bonhomme assez tardivement, par le biais d'une amie commune. Elle était belle, gracieuse, élancée, affichant l'un de ces sourires qui ferait fondre le cœur du plus horrible des Potter (celui en fauteuil roulant, pas le binoclard avec sa petite baguette !) et surtout elle était terriblement passionnée ! Et de ses passions, elle en parlait drôlement bien. Balzac, Ferré, Capra...

Capra ! C'est qui?C'est quoi ?

Pour qui comme moi l'univers cinématographique se limitait à quelques westerns, des polars de série B et quelques films d'action, Frank Capra faisait figure d'extraterrestre, un cinéma mielleux vers lequel on ne tend pas particulièrement.
"It's a Wonderful Life", une histoire simplette, une belle niaiserie ! C'est ce que je pensais, moi aussi englué dans mes préjugés.
Elle me dit bien au contraire que la simplicité n'est pas niaise si elle est bien traitée, que la générosité n'est pas plus un défaut que le cynisme une qualité, et surtout que ce film est bien plus qu'une belle histoire ; c'est une bulle d'espoir aux vertus thérapeutiques pour ceux qui vivent dans la morosité, c'est le rayon de soleil qui vous réchauffe le corps lors d'une grise journée d'hiver. Capra a dit qu'il faisait ce film pour les alcooliques, les drogués et les prostituées, pour ceux qui sont derrière les murs d'une prison ou des rideaux de fer. Un film simplement pour leur dire qu'aucun homme n'est un raté.

Derrière la belle utopie et le conte de Noël, se cache un film qui parle simplement de la vie ! George Bailey, c'est monsieur Tout-le-monde. Comme lui, on a dû renoncer à certains de nos rêves d'enfance pour composer avec la réalité d'une vie d'adulte. Il rêvait d'aventures aux quatre coins du monde, il restera dans sa ville pour prendre la succession de son père. Il rêvait de devenir un grand homme, il laissera son frère poursuivre de grandes études avant de devenir héros de guerre. Il désirait devenir riche avant de comprendre que l'argent n'achète pas tout. Il avait des vues sur une fille, il en épousera une autre, il espérait vivre dans une belle maison résidentielle, finalement il posera ses fesses dans une vieille bicoque délabrée. Il remarquera très vite que les bonnes intentions ne suffisent pas toujours et que les bonnes actions ne sont pas toujours payées en retour. George Bailey, c'est la vie de monsieur Tout-le-monde avec quelques hauts et pas mal de bas.
Mais le génie de Capra est de nous montrer qu'il ne suffit pas de faire de grandes choses pour être un grand homme, tout le monde est capable de donner du sens à sa vie ; "It's a Wonderful Life", c'est de l'émotion, de l'espoir, du rêve. Un petit miracle en quelque sorte !

D'ailleurs le film tout entier relève du miracle, après des années 30 exceptionnelles pour Capra, l'après-guerre se révélera beaucoup plus chaotique. Comme si le ressort était cassé, le cinéaste ne retrouvant plus sa grâce d’antan. Seule exception, et elle est de taille, "It's a Wonderful Life" !
Ce film est l'alchimie parfaite entre le drame et la comédie, le tragique et le burlesque, le tout servi avec une pointe de fantastique. On rit, on est ému, on est révolté, on est dépité avant de nous réjouir et d'être parfaitement heureux. C'est toutes les émotions de la vie qui nous gagnent tour à tour, et tout cela avec une fluidité inouïe, sans lourdeur ni pathos.

Capra nous vend des émotions mais ne néglige pas le fond, la réalité sociale est brillamment retranscrite tout comme sa description de cette économie inhumaine qui scelle rapidement le destin des petites gens.
La solidarité, l'entraide, les hommes de bonne volonté peuvent résister face aux dérives du capitalisme. C'est le discours de Capra, c'est sans doute utopique ! Mais pendant un peu plus de deux heures, il nous donne les raisons d'y croire, de rêver, d'espérer. Ce n'est pas beaucoup me direz-vous ! C'est vrai, mais ces minutes-là n'ont pas de prix et rien que pour ça, merci monsieur Capra !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 958 fois
57 apprécient · 1 n'apprécie pas

Kalopani a ajouté ce film à 11 listes La vie est belle

Autres actions de Kalopani La vie est belle