👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Ramassis de Connelly pour cerveau en Bowie

Bon, ça commence avec la Bowie qui susurre une chansonnette sur des images de chouette numérique. Et non pas de chouettes images numériques, on est en 1986 mon ami.

À ce moment-là, quelqu'un m'a demandé : « Tu regardes quoi? ».
J'ai répondu : « Un truc que je regrette déjà ».

Bon. Te résumer l'histoire, c'est tranquille. Et ce, même si j'ai un peu flotté pendant le premier quart d'heure, entre la chanson et le look tout en "je porte mon falzar gris qu'on dirait que je fais du cheval sous les aisselles comme ça si ça me gratte le menton je peux le frotter à ma braguette sans avoir à user mes ongles de Bowie". J'avoue avoir flotté, un peu.

Il y a Jennifer en version porte-clés. Déjà très jolie mais elle ne doit pas avoir quinze berges alors on va essayer de ne pas passer pour un Autrichien avec une cave aménagée. Même si, moi aussi, j'ai une jolie cave.

Jennifer, qui s'appelle Sarah dans ce film, en a marre de son petit frère qui fait rien qu'à chialer. Sur un coup de tête, exaspérée, elle invoque le roi des lutins. Le roi, la Bowie, se pointe et la déleste du tube digestif chouineur.
Prise de remords, quand même, c'est son frère, ils ont les mêmes parents, ils vivent dans la même maison, toussa, Jennifer-de-poche décide d'aller le récupérer et ce, avant qu'il ne se passe 13 heures. Si elle dépasse, le chérubin deviendra un lutin.

Il y a un labyrinthe pour arriver au château du David.

En chemin elle rencontre ...trois potes moites, hésite et passe à droite.

Alors que, je ne sais plus où j'ai vu ça, mais il paraît que dans un labyrinthe, si tu prends toujours à gauche, quand tu peux prendre à gauche, tu en sors les doigts dans le zen. Ou alors à droite... Je sais plus mais il y a une combine. Alors !

Alors il y a un lutin qui pisse dans un bassin, comme en Belgique. De la mousse avec des yeux, comme au Japon. Un marécage qui pète, comme au Mexique. Un gouffre avec des mains qui parlent, comme dans un Argento.

À un moment, la Bowie chante. Normal. Au milieu des lutins, avec son petit sourire en coin qui donne envie de lui péter ses chicots. Et de lui crever un œil. Le rouge.

Mais il y a ce petit synthé d'ambiance, constant, sur tout le film, ou presque. Et ça, ça m'a rappelé Supercopter.

Pour ça, merci.
DjeeVanCleef
3
Écrit par

il y a 8 ans

47 j'aime

36 commentaires

Labyrinthe
LeTigre
7
Labyrinthe

Ah ouais ! Tu trouves que mon labyrinthe est un jeu d’enfant ?

Une petite balade féerique dans un labyrinthe, dans lequel rien ne vous soutient pour atteindre vos buts vous dit ? C’est ce que le réalisateur et marionnettiste Jim Henson nous sert comme...

Lire la critique

il y a 4 ans

14 j'aime

2

Labyrinthe
Gand-Alf
6
Labyrinthe

Jennifer au pays des merveilles.

Avec la complicité de Lucasfilm, Jim Henson tente ici de réitérer l'exploit de "Dark crystal", chef-d'oeuvre incompris à sa sortie. Sorte de relecture d'"Alice au pays des merveilles" collant aux...

Lire la critique

il y a 9 ans

13 j'aime

1

Labyrinthe
Samu-L
6
Labyrinthe

Bizarreries de l'espace

Gamin je me rappelle avoir regardé ce Labyrinthe du grand Jim Henson avec une certaine facination. Je devais avoir 10 ans quand je l'ai vu, et son univers déjanté, excentrique et graphique m'avait...

Lire la critique

il y a 2 ans

8 j'aime

Les Fils de l'homme
DjeeVanCleef
10

L'évangile selon Thélonius.

2027, un monde où les enfants ne naissent plus, comme une malédiction du Tout-Puissant, un courroux divin. Un monde qui s'écroule sous les coups des intégrismes de tous poils, où seule, la Grande...

Lire la critique

il y a 9 ans

192 j'aime

35

Inside Llewyn Davis
DjeeVanCleef
10

Like a rolling stone.

http://youtu.be/754sRFIHIrA (note le chat sur la pochette) Ça commence comme une chanson qui prend son temps. Avec une guitare, une voix et des silences. Une chanson qui raconte la vie d'un type...

Lire la critique

il y a 8 ans

183 j'aime

44

Heat
DjeeVanCleef
10
Heat

Le Crépuscule des Dieux.

Résumer ça à une fusillade, certes impressionnante, ou à un affrontement entre deux monstres sacrés du cinéma qui ne s'étaient jusqu'alors, croisés, que le temps de quelques fondus enchaînés dans "Le...

Lire la critique

il y a 9 ans

181 j'aime

11