Epuisant mitraillage de saynètes ados

Avis sur Lady Bird

Avatar etiosoko
Critique publiée par le

Surnom exigé par une jeune fille avide de construire sa propre personnalité, elle rêve de quitter sa province de Sacramento après le bac et intégrer une faculté artistique new-yorkaise, même si sa motivation profonde est de contrecarrer l’emprise naturelle maternelle. Car en dehors de son père gâteau, sa sœur et sa frère gothiques, il s’agit essentiellement de couper le cordon ombilical d’avec sa mère, femme bosseuse, dirigiste, intrusive et organisée, mais également pleine d’amour et de pragmatisme. Vie de famille d’une maisonnée modeste qui se débat pour s’en sortir, bigoterie chrétienne et entendue du lycée, théâtre et fête scolaires perclus de bienséance, premiers trébuchements sexuels, complexes de sa condition sociale, découverte de l’amitié, dessinent ce portrait agité d’une ado en passe à trouver sa propre voie.
Malheureusement j’ai attendu jusqu’au bout une quelconque originalité ou intérêt particulier dans cette cascade de gamineries, pleurnicheries, joies, philosophies à la petite semaine et révoltes banales d’adolescente déjà vues et revues. Mais ce qui fatigue franchement c’est ce défilé hallucinant et discontinu de scènes courtes et hachées, parvenant même à se chevaucher l’une sur l’autre, comme si on cherchait à battre le record de goinfrerie des saynètes aux enjeux provisoires et survolés. Impossible dans ces conditions d’espérer la moindre profondeur, sympathie ou empathie, de surcroît vaporisées par des dialogues mitraillés vraiment trop puérils.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 538 fois
6 apprécient

Autres actions de etiosoko Lady Bird