Les débuts d'Emmanuel Mouret.

Avis sur Laissons Lucie faire !

Avatar Boubakar
Critique publiée par le

Après trois courts-métrages (visibles sur sur les éditions dvd de sa filmographie), Emmanuel Mouret réalise un premier film déjà placé sous le (haut) patronage d'Eric Rohmer, car on y trouve déjà l'idée du marivaudage amoureux, cette façon très particulière qu'ont ses comédiens de parler, la femme qui est en avant, et bien entendu Mouret soi-même qui joue un des rôles principaux.

C'est l'histoire d'un couple en déroute, mais dont le jeune homme va être recruté dans les services secrets, et il va s'en suivre une série de quiproquos avec sa copine et la femme de ménage de son père (la divine Dolorès Chaplin, petite-fille de...) afin de préserver son identité.
La copine en question est jouée par Marie Gillain, et rien qu'à la voir, on sait que Mouret est du côté de la Femme, car c'est elle qui a les clés en mains sur sa relation, alors qu'elle se demande si elle ne doit pas rester ami avec son copain afin de redémarrer son couple. Quant à la femme de ménage du père de Mouret, jouée par Dolorès Chaplin, en plus d'être magnifique, elle représente la part naïve de l'histoire, telle cette scène assez drôle où elle demande à Mouret de coucher avec elle, sans amour, mais sans qu'ils ne se parlent, afin qu'elle ne soit pas perturbée.
Comme très souvent dans ses films, Emmanuel Mouret se donne le rôle masculin principal, à savoir le type benêt qui prend la vie comme elle va, et qui, en travaillant pour les services secrets, va faire croire qu'il est en dilettante.

La manière de parler très littéraire de ses films se trouve déjà là, sans aucune vulgarité, avec aucun mot plus haut qu'un autre, et qui rappelle furieusement Eric Rohmer : c'est à peine si on sent qu'ils vont parler de Pascal !
Le film se passe à Marseille, d'où est originaire Mouret, et il est dommage que la ville ne soit pas plus mise en avant ; on y voit surtout la plage, mais guère plus. D'ailleurs, l'aspect dit méridional du film, notamment l'accent, n'est pas tellement utilisé non plus, on voit juste l'ami de Mouret qui parle en peuchère.

Je suis grand fan des films de Mouret, qui parle de l'amour et des sentiments comme rarement dans le cinéma français, avec une très belle mise en avant des femmes, et dans ce premier, je dirais presque que tout est déjà mis en place ce qu'il développera davantage par la suite.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 301 fois
2 apprécient

Autres actions de Boubakar Laissons Lucie faire !