Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Affiche Laurence Anyways

Critiques de Laurence Anyways

Film de (2012)

J'ai pas menti, j'ai juste rien dit

Laurence est un homme et Fred une femme. Dès l’intitulé, il y avait déjà de quoi tilter. Le couple vit une histoire d’amour assez intense et d’une incroyable complicité. Lui est prof de lettres, elle travaille dans le cinéma. Quand ils se parlent, on a l’impression qu’eux seuls se comprennent. Il est beau, elle est belle, ils sont un peu bizarres, un brin désaxés. Et puis un jour, Laurence avoue... Lire la critique de Laurence Anyways

66 10
Avatar Before-Sunrise
8
Before-Sunrise ·

Laurence anyways

Laurence, professeur au lycée, et Fred, réalisatrice dans le monde du cinéma, forment un couple de tout ce qu’il y a de plus normal. Mais subitement, petit à petit, Laurence ne veut plus vivre dans son corps d’homme. Il veut changer de sexe, pour devenir une femme. Nouvelle, qui va faire basculer l’ordre idyllique du couple. On va suivre les péripéties du couple avant et après cette... Lire la critique de Laurence Anyways

17 2
Avatar Velvetman
8
Velvetman ·

L'homme est une femme comme les autres

Elle marche, vue de dos dans son tailleur épaulé : grande, mince, cheveux mi-longs, elle traverse la vie comme elle a choisi de la vivre, Laurence Anyways, qu'elle soit homme ou femme, rectifiant cette erreur de la nature qu'elle avait subie pendant 30 ans. Il était une fois un jeune homme brillant, fin et beau, qui enseignait la... Lire la critique de Laurence Anyways

107 32
Avatar Aurea
8
Aurea ·

Xavier Anyways

Dolan quitte le domaine de l'expérimental pour laisse une place plus grande à l'émotion. A la vue de ce dernier film, les précédents (Les) amours imaginaires semblent davantage comme un essai -attention le mot n'a pas le sens de brouillon- ou disons plutôt comme un traité : une sorte de film "théorique", même si bien entendu ce dernier allait déjà bien au-delà d'une simple œuvre purement... Lire l'avis à propos de Laurence Anyways

33 4
Avatar emmanazoe
8
emmanazoe ·

Le genre humain

C'est l'histoire de deux humains qui s'aiment. L'un est persuadé d'être une femme et l'autre aussi. Comme la biologie en a décidé autrement, des complications vont voir le jour à cause de la société, des normes, des marges et des vestes à épaulettes. Un grand film que j'attendais pas forcément. Dolan est un petit con surtout connu pour avoir des ambitions dans une province qui ne devrait pas en... Lire la critique de Laurence Anyways

78 19
Avatar MrShuffle
9
MrShuffle ·

Un homme e(s)t une femme.

Dolan a 23 ans, et a posé son style sur ses deux premiers films : la radicalité sans concession du conflit émotionnel dans J’ai tué ma mère, l’attrait pour un regard générationnel dans Les amours imaginaires, assorti d’un goût croissant pour l’esthétisme clipesque aussi léché que lyrique. Son troisième film est probablement conçu comme la transformation des essais précédents. Doté de ses... Lire l'avis à propos de Laurence Anyways

43 4
Avatar Sergent Pepper
6
Sergent Pepper ·

Petit monument

Inutile de parler une fois de plus du style caractéristique à Xavier Dolan, de ces ralentis, de cette superbe photo, de ces décors et ces costumes (presque trop) chatoyants. Inutile, donc, de revenir sur ces éléments "généraux" évoqués dans mes critiques des deux précédents films de Dolan. Laurence Anyways, pendant environ 40 minutes, ne séduit pas encore tout à fait. Les bases se posent,... Lire la critique de Laurence Anyways

33 3
Avatar HugoLRD
10
HugoLRD ·

Identity.

Présenté à Cannes en 2012 dans la catégorie Un certain regard, et récompensé dans de nombreux autres festivals, Laurence Anyways est seulement le troisième long-métrage de Xavier Dolan, coqueluche actuelle de la presse et des cinéphiles, à tort ou à raison selon les goûts de chacun. Fresque à la fois personnelle et monumentale de près de trois heures,... Lire l'avis à propos de Laurence Anyways

29 1
Avatar Gand-Alf
8
Gand-Alf ·

Critique de Laurence Anyways par LioDeBerjeucue

Les + : - Melvil Poupeau est formidable, c'est sans doute le meilleur rôle de sa vie, alors qu'avant je le voyais comme le petit trentenaire grisâtre du cinéma français indépendant (une sorte de Julien Boisselier esthétique). - Suzanne Clément, mon dieu, mais quelle femme, quelle femme. Même crêpée, même en épaulettes, même maquillée comme une voiture violée, même mauvaise à la fracasser contre... Lire la critique de Laurence Anyways

29
Avatar LioDeBerjeucue
5
LioDeBerjeucue ·

Laurence n'est pas un homme, je ne suis pas cinéphile

A l'image de Melvil Poupaud qui se sent femme, emprisonné dans un corps masculin, je réalise, à l'issue (longue) de Laurence Anyways, que je pensais être un cinéphile alors qu'en réalité, une nature de gros con bourrin voulait émerger depuis tant d'années. Car pendant le film de Xavier Dolan, je suis passé par plusieurs émotions... Non, à la vérité, par une seule, qui a pu se décliner... Lire la critique de Laurence Anyways

5 10
Avatar Behind_the_Mask
3
Behind_the_Mask ·