👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

L'entrée en scène du film est frappante : une scène esthétique, sur un texte narré sur la marginalité, de regards de gens ordinaires, puis une femme, de dos, avançant. Son visage se tourne, on peut presque la voir, et le film commence.
Laurence est un jeune écrivain et prof de littérature qui vient de recevoir un prix assez modeste, mais notable tout de même. Il vit avec Fred dont il est éperdument amoureux. S'ensuit un bon de quelques années où l'on remarque un trouble chez Laurence, un intérêt particulier pour les femmes et leurs habitudes, leurs caractéristiques. Il annonce lors de son 35ème anniversaire à Fred qu'il ne se sent pas bien dans son corps d'homme, qu'il se sent femme, sans pour autant aimer les homme. Commence alors la transformation magistrale de Laurence, luttant dans un monde hostile et essayant de garder la femme qu'il aime.

Les thèmes abordés par Laurence Anyways sont évidents : l'amour, la marginalité, la famille et le statut social. Des thèmes courant et pourtant abordés avec une originalité rafraîchissante par Dolan, autant pour les relations familiales que pour la transsexualité. Si je m'attendais à voir un film sur la transsexualité, j'ai surtout été touchée par les conséquences psychologique de ce changement, le personnage de Fred étant presque mis plus en avant, invitant à plus d'empathie.
Il use parfois d'un graphisme à la Kubrick pour nous offrir des scènes irréelles et d'une beauté qui ne nous laisse ni le temps ni l'envie de quitter les yeux de l'écran. S'ajoute à une esthétique superbe une bande son soigneusement choisie allant de The Cure à Beethoven en passant par Joy Division, collant parfaitement avec l'univers des protagonistes.

Malgré sa dimension irréelle, Laurence Anyways laisse transparaitre une authenticité frappante, surtout par l'excellence des acteurs, je citerais en premier lieu Suzanne Clément interprétant Fred avec perfection.

C'est peu de choses dites pour un film si complet, mais j'espère que ce petit commentaire vous donnera l'envie de vous plonger dans la filmographie de Xavier Dolan et de savourer Laurence Anyways.
Laurence Anyways
Before-Sunrise
8

J'ai pas menti, j'ai juste rien dit

Laurence est un homme et Fred une femme. Dès l’intitulé, il y avait déjà de quoi tilter. Le couple vit une histoire d’amour assez intense et d’une incroyable complicité. Lui est prof de lettres, elle...

Lire la critique

il y a 9 ans

94 j'aime

10

Laurence Anyways
MrShuffle
9

Le genre humain

C'est l'histoire de deux humains qui s'aiment. L'un est persuadé d'être une femme et l'autre aussi. Comme la biologie en a décidé autrement, des complications vont voir le jour à cause de la société,...

Lire la critique

il y a 10 ans

85 j'aime

19

Laurence Anyways
Sergent_Pepper
6

Un homme e(s)t une femme.

Dolan a 23 ans, et a posé son style sur ses deux premiers films : la radicalité sans concession du conflit émotionnel dans J’ai tué ma mère, l’attrait pour un regard générationnel dans Les amours...

Lire la critique

il y a 7 ans

55 j'aime

4

Le Labyrinthe - La terre brûlée
Ella-
5

The Scorched Trial

Il y a 1 an sortait le premier volet d'une saga prometteuse dans la lignée des films d'action pour ado lancée par Hunger Games. Dans ce volet on retrouve Tris et Four... Pardon Thomas et... les...

Lire la critique

il y a 6 ans

2 j'aime

Birdman
Ella-
6
Birdman

Birdman flies

Birdman est-il une simple fiction ou en réalité une partition de la biographie de Michael Keaton ? Retour sur une fresque aux milles couleurs. A mi chemin entre une comédie et un drame, Birdman...

Lire la critique

il y a 7 ans

2 j'aime

Donnie Darko
Ella-
10
Donnie Darko

Mind fuck j'écris ton nom

Donnie Darko allie avec justesse une critique cynique et parfois comique de l'idéal américain, de la rigidité éducative et d'à peu près tout les stéréotypes Américains avec du fantastique...

Lire la critique

il y a 7 ans

2 j'aime