👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Le précédent film de Xavier Dolan, « Les amours imaginaires » nous avait séduit par son esthétisme pop, ses plans ralentis, étirés, baignés par une ambiance musicale entre new wave et chanson rétro cheap. C’est donc avec pas mal d’espoir que nous attendions ce « Laurence Anyways ».
Laurence, admirablement interprété par Melvil Poupaud vit un amour passionnel et romantique au sens classique du terme avec Fred, jouée par Suzanne Clément, jolie révélation d’ailleurs. Tout semble idyllique jusqu’au jour où soudainement, Laurence décide de changer de sexe, ou plutôt de devenir la femme qu’il aurait toujours dû être. On pense alors avoir à faire un film sur la différence et l’acceptance or on se rend vite compte que là n’est pas le propos principal du film mais que Xavier Dolan tient plutôt à nous montrer cette magnifique histoire d’amour d’un couple qui se déchire et tente désespérément de se retrouver.
On retrouve l’ambiance pop, new-wave, à la bande-son tapissée de boucles électro lourdes et suaves qui nous avait tant emballées dans « les amours imaginaires ». La photographie est magnifique, chaque plan est une peinture et l’on est heureux que Dolan continuent à les étirer pour avoir le temps de les admirer. Les couleurs pastel des années 90 dans lesquels Dolan a choisi de placer son histoire lui conviennent parfaitement. Bref Xavier Dolan n’a rien perdu de son art, apprend de mieux en mieux à le maîtriser et réussit à l’étendre sur 2h47, dans un film parfois foutraque, mais aux dialogues ciselés toujours justes, d’une beauté insolente.

BasileRambaud
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les meilleurs films de 2012 et Les meilleurs films des années 2010

il y a 6 ans

Laurence Anyways
Before-Sunrise
8

J'ai pas menti, j'ai juste rien dit

Laurence est un homme et Fred une femme. Dès l’intitulé, il y avait déjà de quoi tilter. Le couple vit une histoire d’amour assez intense et d’une incroyable complicité. Lui est prof de lettres, elle...

Lire la critique

il y a 9 ans

94 j'aime

10

Laurence Anyways
MrShuffle
9

Le genre humain

C'est l'histoire de deux humains qui s'aiment. L'un est persuadé d'être une femme et l'autre aussi. Comme la biologie en a décidé autrement, des complications vont voir le jour à cause de la société,...

Lire la critique

il y a 10 ans

85 j'aime

19

Laurence Anyways
Sergent_Pepper
6

Un homme e(s)t une femme.

Dolan a 23 ans, et a posé son style sur ses deux premiers films : la radicalité sans concession du conflit émotionnel dans J’ai tué ma mère, l’attrait pour un regard générationnel dans Les amours...

Lire la critique

il y a 7 ans

55 j'aime

4

A Ghost Story
BasileRambaud
8

Tant que l'homme sera immortel, il ne sera jamais décontracté

En cette fin d’année, propice aux bilans cinématographiques et aux traditionnels classements, il s’agirait dans ces exercices de ne pas oublier « A Ghost Story ». Car oui, 2017 ne saurait se conclure...

Lire la critique

il y a 4 ans

2 j'aime

1

Amour
BasileRambaud
7
Amour

Critique de Amour par Basile Rambaud

Hanneke est un pervers. Ca on le savait depuis un moment et notamment depuis l’excellent « Funny Games ». Si en apparence, il s’est assagit avec le temps, « caché » ou « le ruban blanc » étant des...

Lire la critique

il y a 6 ans

2 j'aime

Alabama Monroe
BasileRambaud
8

Critique de Alabama Monroe par Basile Rambaud

Étrange mariage entre « La guerre est Déclarée » et « O’Brother », Alabama Monroe est le premier film américain de Felix Van Groeningen, réalisateur de «La Merditude des Choses ». Ah bon ? Ce film...

Lire la critique

il y a 6 ans

1 j'aime