Le désert, grandiose épopée, 3 H de spectacle total.

Avis sur Lawrence d'Arabie

Avatar Ulysse Fincher
Critique publiée par le

Et oui 3 H ! Comme il repasse souvent, à voir uniquement sur Toile en 35 mm, c'est en le revoyant à la télévision que j' en ai senti la longueur.
Merci aux salles qui en propose le visionnage avec un entracte également.

Un cadre exceptionnel, Peter O'Toole hors norme, Omar Sharif, Alec Guinnes....sans oublier les milliers de figurants, un angle historique, des scènes inscrites dans le patrimoine du cinéma, oui un spectacle total exceptionnel.

Aube, Charge à dos de chameau, désert magnifié. S’il y a une seule séquence dans l’histoire du cinéma qui vous dit ce que regarder un film sur un grand écran signifie vraiment, et comment cette façon plus grande que la vie de vivre un film peut être si important, la première vue de Sherif Ali, le point noir sortant du mirage, lentement transformé en cavalier noir. C’est merveilleux :

Un long plan à couper le souffle du désert. Une vue qui s’étend jusqu’à l’horizon. Au début, nous ne voyons rien de plus qu’un scintillement. Un mirage. Puis une tache. Puis, enfin, un cavalier sur un cheval. Trottant vers nous à un rythme délibéré. Tout d’un coup, un Arabe au premier plan se précipite vers son propre cheval, sort un fusil et se fait tirer dessus. Son cadavre tombe à terre, une traînée de sang sur sa robe noire. Il repose sur le sable. Peter O’Toole le regarde. Après un certain temps, le cavalier s’approche de lui et défait son voile. Omar Sharif. Ils échangent des mots. L’intimité de leur dialogue est étonnamment associée à l’immensité infinie du désert. Ce n’est qu’un des innombrables grands moments de ce très grand film.

L’héroïsme au sens classique n’avait jamais vraiment fait l’objet des films de l’entre-deux-guerres, qui avaient plutôt tendance à célébrer le stoïcisme tranquille du simple soldat. Mais Lean explora l’idée du héros d’une manière très complexe, dépeignant T.E. Lawrence de Peter O’Toole comme un homme en conflit avec lui-même et avec le pays même pour lequel il se bat.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 17 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Ulysse Fincher Lawrence d'Arabie