Bienvenue chez les Ch'tis

Avis sur Le 13ème Guerrier

Avatar Draiv
Critique publiée par le

Alors. Avant tout. On se met dans l'ambiance et on met ce thème absolument sublime qui a de quoi faire pâlir d'envie Aragorn. Et si vous y tenez, vous pouvez boire à ma santé dans le crâne de vos ennemis. Je ferai pareil.

J'ai revu ce film suite à l'épisode consacré par M. Bobine, et rien qu'en apercevant les scènes du film, j'avais envie de le revoir. Là, tout de suite, maintenant. Donc je me suis replongé avec délectation dans ce 7 samouraï rencontre Bienvenue chez les Ch'tis, où Antonio Banderas, la classe suave incarnée, fait copain copain avec une bande de vikings plus rigolards tu meurs (littéralement je pense).

Et si je parle de M. Bobine, c'est parce que j'aime beaucoup l'idée de parler de "film malade" ou de "chef d'oeuvre avorté" pour qualifier ce film. Du coup, j'y vais de mon grain de sel en proposant ma définition du film malade suite à ce énième visionnage du 13ème guerrier : Et si un film malade, c'était un film qui devient meilleur à mesure qu'on s'en rappelle plutôt qu'en le voyant ?

Au lieu de se perdre dans le film comme on pourrait le faire devant des chefs d'oeuvres, c'est bien plus l'idée que je m'en fais qui a une place particulière dans mon coeur. Et ce n'est pas que de la nostalgie : après l'avoir revu, de nouveaux éléments sont venus s'ajouter à ce sentiment que quelque part, dans une réalité alternative (sûrement celle de Once Upon a Time In Hollywood, le 13ème guerrier est un chef d'oeuvre qui devance le Seigneur des Anneaux de P. Jackson d'une bonne dizaine d'années). Et ce n'est pas juste un potentiel gâché comme dans d'autres films : le film suinte le génie, du casting à la photo.

Donc ce n'est pas le Conan le Milnius ni la Communauté de l'anneau de Jackson. C'est un film qui s'apprécie mieux quand on s'en rappelle, qu'on regarde un peu dans le vague et qu'on voit tout un monde prendre vie, mais qu'on ne peut pas (encore) rejoindre...

...Un peu comme la prière de nos amis vikings face à la mort :
"Lo there do I see my father
Lo there do I see my mother and my sisters and my brothers
Lo there do I see the line of my people, back to the beginning.
Lo, they do call to me, they bid me take my place among them, in the halls of Valhalla,
where the brave may live

.... (Cue in Antonio for dramatic effect) forever"

Donc 7 pour le film, mais 10 pour ce qu'il est quelque part ailleurs

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 43 fois
2 apprécient

Autres actions de Draiv Le 13ème Guerrier