Advertisement

Brume et amertume

Avis sur Le 13ème Guerrier

Avatar Altharil
Critique publiée par le

Ce film c'est comme une bonne bière, délicieux, profond, enivrant mais avec un goût amer. On ne présente plus les difficultés qu'a eu McTiernan a vouloir imposer sa vision sans jamais vraiment y parvenir. Qu'à cela ne tienne, le film transpire sa virtuosité de cinéaste : choc des cultures et des différents degrés de civilisation, quête initiatique du héros à travers les différences, volonté de réalisme à travers la reconstitution d'une époque héroïque, ...
Même dans sa version actuelle le film est bon, il ne lui manque qu'une petite touche "McTiernenne" pour être parfait.

Voulant approfondir ma fascination pour ce film et m'y retrouver dans cet imbroglio de problèmes en tout genre notamment entre McTiernan et Crichton, je me suis lancé dans le visionnage des excellents bonus de l'édition collector.

Et si j'ai bien compris tout ce qu'on m'y a raconté, le problème fondamental sur cette oeuvre ne vient pas tant de ce conflit (même si le montage en pâtit) que de la volonté initiale du studio à vouloir en faire un film grand public estampillé PG13 (avant de revenir sur leur décision). McTiernan le dit lui-même, il n'aurait pas tourné de la même manière si d'entrée le studio avait voulu faire un film plus sombre, se rapprochant plus du film d'horreur. Cela n'aurait peut-être pas été plus violent mais l'angoisse et le suspense en aurait été renforcé avec un autre traitement des Wendols à l'écran où McTiernan aurait pu réutiliser les bonnes vielles recettes de Predator. De même, l'envie de présenter les Wendols comme des êtres surnaturels par McTiernan a été rejetée. Le titre initial de l'oeuvre "Les Mangeurs de morts" aurait été pour le coup complètement justifiée et personnellement je pense que le sujet le méritait.

Par contre, il a deux points où je donnerais raison à Crichton : le premier concerne la mère des Wendols où celui-ci en a fait une incarnation plutôt sexy. Si j'ai bien compris c'est à cause de ça que serait parti le véritable conflit Crichton/McTiernan, McT voulant une "grosse vache" pour incarnée la mère.
Le second point, c'est le Wendol cornu : en plus de faire une référence mythologique très ancienne et très forte avec le Dieu Cornu (la Mère des Wendols représentant son versant féminin, la Déesse mère des cultes paléolithiques) Crichton donne un ennemi identifiable pour nos héros (pourquoi ne pas l'avoir surnommé Grendel ? ça c'est une idée à moi).
Je trouve que ces deux choix de Crichton marche mieux à l'écran (mais peut-être que je dirais le contraire si j'avais vu le director's cut) Quel dommage que tout ça ne soit pas venu plus tôt dans le script, ça aurait évité ces plans à l'arrache. Ce qui est surtout dommage c'est qu'il n'y ai pas eu plus de concessions entre les deux hommes...

Car bien sûr Crichton a quelques peu cuté l'oeuvre de McTiernan. En revoyant le film, je trouve qu'il y a surtout des sous-intrigues inabouties : celle de la romance entre la nordique et Ibn et celle du fils du chef viking (bon ok, à l'origine Ibn le tuait mais Banderas s'est pété le dos durant la scène).

Même si j'ai des regrets, ce film demeure un grand film. Le personnage de Buliwyf incarne tout l’héroïsme nordique que j'apprécie tant et la tirade finale avant la bataille est magnifique !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 456 fois
1 apprécie

Altharil a ajouté ce film à 2 listes Le 13ème Guerrier

Autres actions de Altharil Le 13ème Guerrier