Counter Strike : European Offense

Avis sur Le 15h17 pour Paris

Avatar Mike Öpuvty
Critique publiée par le

La carrière de Clint connaît un revirement des plus singuliers. Lui qui a toujours exploré l’histoire de l’Amérique à travers ses parias, il enchaîne les films actuels avec des grands héros déifiés de leur vivant.

Or, si Sully remettait en question cette notion même de ce qui est considéré comme héroïque ou une mise en danger délibérée de la vie d’autrui, The 15:17 to Paris n’offre que très peu de contrepoints et s’en débarrasse dans le premier quart d’heure pour devenir le film-de-vacances le plus coûteux !

Au début, Eastwood n’omet pas de fustiger le système éducatif, l’aveuglement maladif des profs et du proviseur, la religion, la dextroamphétamine... Trouvant un vrai intérêt caché à l’histoire de ces gamins. Et puis tout est balayé sans cérémonie pour accéder à une bonne heure de voyages, de selfies sur Instagram, de débits de boisson... désolé Clint mais ça n’a aucune espèce d’intérêt.

Une seule anecdote ressort de ce lot : la visite en Allemagne devant le Bunker où Hitler s’est donné la mort, qui se clôt par la morale : « Hé les Américains, vous pouvez pas toujours vous attribuer le mérite d’avoir combattu le mal ! »

Si le segment du Thalys est parfaitement maîtrisé, il n’occupe qu’une parcelle infime dans la vie de ces jeunes gens et par conséquent de ce film. À la limite un épisode de Le Jour où tout a basculé aurait suffit !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 244 fois
3 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Mike Öpuvty Le 15h17 pour Paris