Un des Eastwood non recommandables !

Avis sur Le 15h17 pour Paris

Avatar CVOR
Critique publiée par le

Tous ceux qui me connaissent ou me suivent depuis quelque temps, savent à quel point je suis fan de Clint Eastwood. Je possède la plus grande majorité de ses œuvres sur DVD ou Blu-ray, et j’ai même customisé un coffret intégral sur cet artiste, que dis-je, ce Dieu. Car oui, je considère cet homme comme un Dieu Hollywoodien. Trouvez-moi un homme ou une femme, ayant sa stature, personne n’arrive aujourd’hui encore, à la cheville de Clint. Et pour cause, Clint, c’est une carrière quasi parfaite, un CV de comédien et de cinéaste inégalable, producteur, et même musicien. Une palette artistique riche, amplifiée du génie et d’un talent certains. Nombreux sont les succès, qui jalonnent cette longue carrière et rares sont les déceptions en ce qui me concerne. Ceci dit, il y a quelques œuvres que j’apprécie nettement moins que d’autres, comme « La Kermesse de l’Ouest » et « Au-delà ».

Son dernier film « Le 15H17 pour Paris » est enfin sur nos écrans, je me suis rendu au cinéma pour le découvrir, comme j’ai l’habitude de le faire pour chaque film de Clint depuis des années. Mais qu’en est-il vraiment ?
Ce nouveau film se concentre sur un fait réel qui s’est déroulé en France en 2015, plus connus sous la désignation « d’attentat de l’attaque du Thalys ». C’est donc, un nouveau et troisième film qui se concentre sur un moment récent et réel qui met en avant l’héroïsme d’un ou plusieurs Américains. Après « American Sniper » et « Sully », le cinéaste, se concentre sur 3 touristes américains qui parcourent l’Europe et finissent par se trouver nez à nez avec un terroriste décidé à faire un véritable carnage.

Clint Eastwood, rends hommage à ses compatriotes, lui qui a connu la grande, belle et puissante Amérique que tout le monde enviait. Sent-il son pays sur le déclin depuis quelques années ? L’amour et le respect que le monde portait sur la bannière étoilée semblent aujourd’hui beaucoup moins enthousiaste, et on se demande vraiment si Clint n’essaye pas de redorer les ailes du Pygargue à tête blanche (emblème de son pays). Toujours est-il, que l’Amérique a sans cesse besoin de héros, afin d’affirmer sa puissance, mais surtout pour prouver au monde qu’elle est du bon coté. Aujourd’hui, le contexte politique et les divers conflits qui gagnent le monde, forment une sorte de désespoir et les héros du quotidien sont donc les bienvenues. Clint, qui fut un héros de fiction adulé pendant des années, semble aujourd’hui, se confier la mission d’encourager son peuple et les citoyens du monde à affronter leurs peurs pour que la liberté l’emporte.

"Le 15H17 pour Paris", est l’adaptation du livre des 3 héros ( Anthony Sadler, Alek Skarlatos, Spencer Stone) écrit par Jeffrey E. Stern. Clint leur confie ici, leurs propres rôles, ils revivent tout comme quelques autres comédiens improvisés ayant réellement vécu cette folie, ce terrible moment qui aurait pu devenir un véritable carnage si l’intervention rapide des passagers n’avait pas été lancée.

Je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus poignant, ce film m’a quelque peu dérouté. Il reprend la même mécanique que ses films précédents, cherchant à nous faire découvrir le parcours et la vie de ces héros. Bien qu’au final, ils soient plus que trois, le film se concentre essentiellement sur les Américains et en particulier sur Spencer Stone. Il nous est dépeint comme étant un bon-chrétien, patriote, mais dont ses proches ne semblent pas croire en lui. Lui en revanche, à le sentiment que son heure viendra, et qu’il prouvera ses compétences et son courage.

C’est ce qui me dérange dans ce film. Être un héros du quotidien, c’est bien, c’est honorable même. Mais en faire un objet de propagande, me dérange. Alors on a beau me dire que les Américains, ont sauvez mon beau pays durant la Seconde Guerre mondiale, je n’oublie pas non plus qu’ils sont capables du pire. Ils sont tout de même à l’origine de bombardements nucléaires, ne l’oublions pas, même si je vous l’accorde, ils n’ont fait que répliquer à l’attaque de Pearl Harbor. Mais ils ont sur leur conscience un des plus gros crimes contre l'humanité de toute l'histoire de la planète.
J’aurais personnellement aimé découvrir une amitié plus intense entre les trois personnages principaux, il n’en est pas vraiment question, ils sont amis certes, depuis l’enfance, mais on ne ressent pas une véritable alchimie. De plus, Eastwood porte d’avantage le patriotisme et la religion vers l’avant, plutôt que le simple citoyen du monde présent au bon moment pour défendre toutes bonnes âmes autour de lui. Je trouve cela vraiment regrettable.

Et puis, il faut bien le dire, le récit s’étire, et forge de vraies longueurs, rendant le rythme lancinant. Quelle déception, je m’attendais à une œuvre beaucoup plus respectable et je me retrouve face à un film bien loin de refléter les valeurs de la liberté. J’ai eu plus le sentiment d’assister au prosélytisme américain qu’a des valeurs humaines.
Les comédiens, comme on pouvait s’en douter, n’inspirent aucun respect. Et la mise en scène m’a paru peu inspirée.
Vous l’aurez compris, ce film est pour ma part un gros ratage, une belle farce, un film égoïste et sournois. Déçu ! Vraiment !

Comme quoi, on peut être fan, mais savoir dire ce que l'on pense quand la déception nous gagne.

www.cinevor.com

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 67 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de CVOR Le 15h17 pour Paris