Affiche Le 41ème

Le 41ème

(1956)

Sorok pervyy

12345678910
Quand ?
7.3
  1. 0
  2. 1
  3. 0
  4. 3
  5. 1
  6. 12
  7. 20
  8. 16
  9. 9
  10. 3
  • 65
  • 14
  • 151

Pendant la guerre civile russe (1918/1921) un détachement de l'Armée rouge capture un officier blanc. Il doit être amené à l'état-major et est confié à trois soldats. Parmi eux, Marioutka, une tireuse d'élite qui a déjà abattu 40 hommes. À la suite d'une tempête, Marioutka et le prisonnier se...

Casting : acteurs principauxLe 41ème
Casting complet du film Le 41ème
Critiques : avis d'internautes (7)
Le 41ème
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
La Rouge et le Blanc !!!

Même si Quand passent les cigognes et La Ballade du soldat, ce dernier du même réalisateur que le film critiqué, sont plus célèbres, Le Quarante et unième est le premier véritable film à marquer la période du Dégel, la renaissance du cinéma soviétique après la mort de Staline, la renaissance d'un...

17 1
Avatar Plume231
7
·
La quarante-et-unième maladresse

Je pense que historiquement parlant, c'est l'un des films les plus importants pour le cinéma soviétique. En effet, c'est bien le premier à sortir des canons esthétiques et narratifs imposées par le ciné propagandiste stalinien. En 1956, Staline est mort depuis trois ans et déjà le mécanisme de déstalinisation est enclenchée, Khroutchev ayant dénoncé les crimes et le culte de la personnalité du... Lire l'avis à propos de Le 41ème

4 3
Avatar Nwazayte
6
Nwazayte ·
Découverte
Mauvais réflexe de rouge

A mi chemin entre le film d'aventure historique et l'histoire d'amour touchante, Le quarante et unième fait l'effet d'un direct à la mâchoire lorsqu'il se termine. Grigori Tchoukhrai joue toutes ses mains avec un calme à toute épreuve, gardant son atout maître pour la fin de son film, déchirante, noire en diable, de celle dont on se souvient assurément. Le tour de force du cinéaste est de nous... Lire la critique de Le 41ème

6 4
Avatar oso
8
oso ·
Sovcolor

La poésie et la couleur remplace le montage de Protazonov, mais il laisse des moments muets en homage à son prédécesseur. La composition de l'image est légèrement moins audacieuse, mais les tons Sovcolor sont époustouflants. Alors que Tchoukhraï préfère filmer le ciel, tandis que Protazonov donne vie au sable des déserts. Un film romanesque, lyrique, inspiré du réalisme socialiste. Un film... Lire la critique de Le 41ème

Avatar Jake Finn
8
Jake Finn ·
La 41ᵉ Saveur

Le beau et la bête de tir. Le blanc, la rouge. Mais un homme et une femme jetés dans le Koh-Lanta de l’amour… Une 41ᵉ balle droit au cœur. Lire l'avis à propos de Le 41ème

Avatar Limguela_Raume
9
Limguela_Raume ·
Toutes les critiques du film Le 41ème (7)