Un détour obligatoire pour les amateurs de The Thing

Avis sur Le Blob

Avatar JéJé fait son Bagou
Critique publiée par le

Une chose visqueuse s'est accroché à sa main, je sais pas ce que c'est, mais ça le fait horriblement souffrir.

Petit point:

The Blob est le remake de "Le Blob, danger planétaire" sorti en 1958, qui eut un second épisode intitulé : "Attention au Blob". La version de Chuck Russell n'est pas une suite aux deux autres, mais bien un remake. Comme quoi en 1988 les remakes étaient déjà de guise. Après le succès au box-office de sa première réalisation : "Freddy 3, les griffes du cauchemar ", le réalisateur Chuck Russell tourne rapidement un second film : "The Blob". Chuck Russell avec cette oeuvre essaye de devenir un nouveau nom du cinéma horrifique, malheureusement pour lui, cela ne se passera pas ainsi, ce qui ne l'empêchera pas de retrouver le succès dans d'autres registres avec "The Mask", "L'Effaceur"...

À présent que les présentations sont faites, que vaut ce film.

The Blob est ce que l'on fait de mieux avec les films de série B horrifique de l'époque. Une oeuvre implacable qui ne ménage personne : que l'on soit vieux, jeune, enfant, tout le monde peut se faire dévorer d'une manière affreuse, dans une extrême souffrance. C'est atroce, on sent l'effroi de chacune des victimes. Un déluge gore qui ne ménage personne, trash et horrifique. Lors des séquences où la créature entre en action, elle fait preuve d'efficacité en maintenant un suspense tendu se focalisant sur l'effroi des personnages, le tout dans un rythme toujours soutenu. On en arrive à un point où l'on ne se demande plus qui survivra, mais plutôt qui sera le suivant tant les victimes s'enchaîne les unes après les autres.

L'histoire n'a rien de bien exceptionnelle, ni de grandement fantasque, mais ça ne change rien au contenu final qui se présente clairement comme un survival horror empreint d'un concept efficace, engageant et pas du tout avare en image forte, ne traînant pas en longueur pour nous faire découvrir "The Blob". Pas de tergiversation futile, ni de tache secondaire, on plonge direct dans le centre du sujet et j'adhère. La créature est moche, visuellement peu effrayante surtout lorsqu'elle ne fait aucune victime, ce n'est rien de plus qu'une sorte de substance gélatineuse rose violet à l’appétence extrêmement insatiable. Mais fort est de constater quelle est effrayante lorsqu'elle se nourrit, on perçoit l'abominable supplice infligé aux pauvres victimes. Bien que la créature ne paye pas de mine, elle s'avère plus dangereuse que l'Alien de mister Scott, il n'y a que la "Chose" du génial Carpenter dans The Thing, qui peut se révéler être autant épouvantable que "The Blob". Cette abomination mérite amplement de faire parti des créatures cinématographiques les plus effroyables et abominables du cinéma.

La réalisation est inégale à cause d'une baisse de qualité dans la mise en scène pendant les séquences dites "normales" et "d'attaques". Lors d'une séquence d'action horrifique, la technicité s'accentue par un superbe cadrage avec des plans inventifs, alors que sur les phases posées on ne reconnaît plus le travail du cinéaste. Les effets spéciaux sont comme je les adore : artisanaux. Les travaux fournis sur la créature, ainsi que sur les bons nombres de séquences d'attaques sont sacrément bien foutu. Gore et inventif. Un génie macabre sanguinaire superbement mis en images, via un travail hors pair malgré son année de conception en 1988. Il en fallait de l'imagination pour créer ce genre de chose, car le numérique n'existait pas encore.

Certaines scènes valent vraiment le coup d'oeil comme :
- la charge de la bête dans le cinéma : scène ironique surtout quand on voit le film qui passe au même moment;

- l'attaque dans la cuisine à travers l'évier : une mort pour le moins percutante et dégueulasse;
- le pelotage dans la voiture : une vision horrifiante et horriblement géniale !

Néanmoins, une chose qui m'intrigue : certains qualifient ce film de comédie horrifique, élément avec lequel je ne suis absolument pas d'accord. Ceux qui pensent la même chose, expliquez-moi où l'humour est présent, car ce film fait tout sauf rire.

Certains personnages que l'on ne s'attend pas à voir mourir périssent dans d'atroces souffrances, c'est assez jubilatoire, on ne sait jamais si la personne qui se fait poursuivre par la bête va survivre ou non, c'est là tout l'intérêt. La plupart des acteurs sont peu connus, à part Jeffrey DeMunn que j'ai déjà pu voir dans les longs-métrages : "Les évadés, The Hitcher..." Chuck Russell a su diriger les acteurs, Kevin Dillon et la jeune actrice Shawnee Smith sont convaincants, je n'ai trouvé aucun moment de surjoué. Je salue la sympathique apparition du réalisateur dans une séquence du film, celle du cinéma où il y campe le patron du ciné.

Côté mauvais point je parlerais des décors, qui ne sont certes pas affreux mais peut rechercher surtout dans leurs présentations. Mauvais retour de la composition musicale qui s'avère peu extraordinaire. Le long métrage fait également face à quelques clichés du genre, ainsi qu'à une ambiance horrifique peu soutenue, bien que le film soit trash et flippant.

CONCLUSION :

The Blob est un film d'horreur hard core totalement assumé par son réalisateur, qui a clairement voulu marquer le coup. Une production de premier ordre qui plaira à ceux voulant passer une soirée cinéma bien horrifique et qui ravira votre soirée. Le film vos vraiment le détour pour ses scènes d'attaques et pour cette créature visqueuse à souhait. Un détour obligatoire pour les fans de The Thing.

Un monster movie comme je les aime tant.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 782 fois
37 apprécient · 3 n'apprécient pas

Autres actions de JéJé fait son Bagou Le Blob