Un film pop-corn cruel comme on en voit rarement!

Avis sur Le Blob

Avatar Victor Tsaconas
Critique publiée par le

(...) The Blob de Chuck Russell, également tourné en 1988, que j’avais vu en français il y a très longtemps. J’en gardais un souvenir assez moyen, sûrement du à un doublage fait avec les pieds faisant tomber le film dans le ridicule. Mais quelle surprise de découvrir un film d’une cruauté sans pareille dans lequel absolument tout le monde y passe, même les enfants ( mais pas le chien quand même, il faut pas exagérer ). Les effets spéciaux sont d’ailleurs graphiques à souhait et ultra convaincants, ma préférence allant au beau gosse joueur de football américain qui se fait tirer le portrait à la manière du cri de Munch. Donc, une météorite s’écrase sur terre, et en sort une espèce de masse informe gélatineuse qui bouffe tout le monde sur son passage et devient donc de plus en plus énorme. Le film est un pied de nez au teen movie de l’époque et un hommage complètement assumé au films de montres des années 50 ( ce film est d’ailleurs un remake de Danger Planétaire ! de 1958 réalisé par Irvin Yeaworth ). Les personnages très ( trop ) caricaturaux, à la limite de la parodie quelque fois, accentuent évidement l’envie de produire une œuvre soi-disant décérébré. Cependant, Chuck Russell joue avec les codes du genre et s’amuse avec ses archétypes, en trompant ainsi le spectateur quant au rôle que les personnages sont censés avoir dans ce type de films, et montre alors sa connaissance et sa maîtrise du genre. Cet effet parodique assumé sert une mise en scène, certes classique, mais ultra généreuse quand il s’agit de montrer les apparitions du Blob. Le film est impressionnant par l’ingéniosité de ses effets spéciaux, bluffants encore maintenant. Pas vraiment politique, le film surfe quand même sur la vague paranoïaco-complotiste propre aux productions monstrueuses de l’époque de la guerre froide, où d’un coup, des créatures radioactives, véritables représentations de la peur nucléaire et biologique, venaient envahir des villes tranquilles. Le long-métrage, avec son rythme effréné ne comportant aucun temps mort, s’apprécie alors comme un vrai film pop-corn, fun, violent et héroique, qui regarde intelligemment et avec admiration une époque du cinéma de genre, en lui criant des gros « je t’aime ! » .

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 707 fois
1 apprécie

Autres actions de Victor Tsaconas Le Blob