👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Quand on prend du recul, on se rend bien souvent compte qu'après deux-trois films, certains réalisateurs bénéficient vite d'une côte de popularité complètement dingue. Duncan Jones, Jeremy Saulnier ou Damien Chazelle en sont de beaux exemples. Si les deux premiers ont tenté le pari Netflix et que le troisième poursuit son ascension, un autre s'y est également risqué. Gareth Evans, papa de The Raid, que l'on ne présente plus, s'est donc laissé convaincre pour proposer un film sur la plateforme de streaming dans un registre bien loin de ses deux premiers films.

D'emblée j'ai envie de rassurer en précisant que Apostle est un film bourrin. Sans passer par des scènes d'action, on sent que le réalisateur a envie que ça bouge et utilise le moindre prétexte pour virevolter. Pour autant, à l'inverse de The Raid qui se voulaient 100% action, ici, le choix du réalisateur est de faire monter progressivement la sauce. Problème, à trop battre ses œufs, il en oublie parfois l'essentiel: le rythme. Si je ne me suis pas ennuyé une seconde devant ce film, j'ai tout de même été un peu déçu tant les quelques scènes de violences sont classes et terriblement viscérales.

Apostle repose dans son univers (l'île est splendide) et ses personnages. Malgré quelques stéréotypes, la dangerosité de certains fait plaisir à voir. J'y ai vu un peu de The Village et de Black Death. Quoiqu'il en soit, Gareth Evans n'invente rien, mais prouve encore un talent certain dans la veine de ses précédentes productions. On peut d'ores et déjà se languir de la suite de sa carrière, en lui souhaitant une meilleure visibilité (autre que Netflix donc).

Côté casting le film s'en sort très bien. Je déplore une erreur de choix concernant le personnage principal que j'ai trouvé peu charismatique et un peu trop forcé.

Gareth Evans, réalisateur à suivre.

7/10.

RemsGoonix
7
Écrit par

il y a 3 ans

1 j'aime

Le Bon Apôtre
watching_the_scream
8

Retour des Enfers

Après sa prolifique excursion en Indonésie (où il a réalisé trois films), Gareth Evans revient sur ses terres natales britanniques pour tourner Le Bon Apôtre, un thriller ténébreux sur fond de secte...

Lire la critique

il y a 3 ans

19 j'aime

8

Le Bon Apôtre
RedArrow
8

L'autodestruction du fanatisme

Gareth Evans, c'est bien sûr un nom qui évoque deux "Raid" intenses de bastons filmées avec une virtuosité qui a mis tous les fans du genre à genoux mais les connaisseurs l'associeront aussi à "Safe...

Lire la critique

il y a 3 ans

16 j'aime

Le Bon Apôtre
Sutter_Kane62
6

« Le bon apôtre « ?! Sérieusement c’est le titre français

Y a un vrai problème chez Netflix, on voit clairement que le réalisateur a pas fait le film qu’il voulait. Visuellement y a des plans vraiment intéressant et les mouvements de caméra pour certaines...

Lire la critique

il y a 3 ans

12 j'aime

5

Outlaw King : Le roi hors-la-loi
RemsGoonix
8

Brutal

Brutal comme une surprise inattendue. Brutal comme un coup d'épée sanglant. Brutal comme une superbe interprétation de son acteur principal. Brutal comme une reconstitution d'une époque de très...

Lire la critique

il y a 3 ans

31 j'aime

3

FIFA 21
RemsGoonix
3
FIFA 21

La déception de trop ?

La déception annuelle débarque de nouveau et le décalage entre prix d'achat, qualité intrinsèque du jeu au regard du passif des jeux vidéo de football et les ventes réelles est assez intéressant et...

Lire la critique

il y a plus d’un an

16 j'aime

2

The Highwaymen
RemsGoonix
7

Partir du passé pour aller de l'avant

Et si c'était en faisant des films d'époque que Netflix tirait sa carte du lot ? C'est avec The Highwaymen que je me fais la réflexion tant les films historiques et/ou ancrés dans les vieux...

Lire la critique

il y a 3 ans

16 j'aime