Et les cloches sonnent à Notre-Dame !

Avis sur Le Bossu de Notre-Dame

Avatar Papy_Jr13
Critique publiée par le

Le Bossu de Notre-Dame ! 34ieme film d'animation Disney ainsi que la première tentative (et la dernière) d'adaptation d'un roman français : Le Bossu de Notre-Dame de Victor Hugo ! Avant tout, j'ai pas lu le livre donc je me fiche bien des éléments qui ont été changé car une adaptation est tout sauf celui qu'on adapte. A part ça, ce chef-d'oeuvre est l'un des plus sombre et le plus mature des Disney et cela grâce à un univers réaliste et à des dialogues à double-sens.

Quasimodo : Le célèbre bossu sonneur de cloche à la laideur digne d'un monstre ! Ce que je trouve bizarre c'est que tout le monde le connait, qu'il n'est pas une simple rumeur (bon, c'est du chipotage). Ce qui est particulier chez lui, c'est qu'il est timide et pourtant, il veut se faire des amis en bas des tours. Durant le une bonne partie du film, il s'interroge sur ce qu'il est vraiment au fond et là, il y a comme un conflit intérieur avec le petit ange et le petit démon comme dans les cartoons. L'ange est Esmeralda qui voit au delà de sa laideur et le démon est Frollo car il le rabaisse à son état de monstre. Petite info, c'est le chanteur Francis Lalanne qui lui prête sa voix et il réussit très bien.

Esméralda : Gitane égyptienne fuyant l'oppression sadique du juge. A part d'être une bombe et qu'elle apporte du réconfort au malheur de Quasi, il y a pas tellement de chose à dire sur elle. Elle est juste l'esprit rebelle du peuple mais c'est un chouette personnage.

Capitaine Phoebus : C'est le soldat qui même s'il obéit aux ordres, il sait quand il faut désobéir pour sauver les justes. Il est aussi séducteur et il a un humour qui fait toujours sourire. Sa bravoure fait de lui un personnage agréable à voir.

Les gargouilles : Enfermé dans une tour pour le restant de ses jours, c'est pas la joie ! Alors Quasi, en plus à son activité de sonneur, son hobby de sculpteur de maquette, va s'imaginer des copains pour lui tenir compagnie. Comme le film est très sombre, il fallait rajouter un truc pour ravir les gosses : La Muraille, la Rocaille et la Volière ! Seul Quasi peut les voir car dès que quelqu'un d'autre arrive, ce ne sont plus que des pierres. C'est une très bonne idée mais contesté à la fin lors du climax où les gargouilles aide à protéger la Cathédrale. Je trouve que c'est du chipotage et que c'est juste pour rajouter de l'humour qui fonctionne à merveille.

Claude Frollo : Juge tout puissant de Paris qui détient tout les pouvoirs ! Je lui donne sans aucune hésitation le trophée et le titre du "Plus grand enfoiré de tous les Disney !" . Ce mec se fait passer pour un saint alors qu'il a transgressé une bonne dizaine de lois. C'est un tyran raciste, sans pitié et pervers ! Car c'est lui qui apporte le gros point de maturité du film, on parle de plaisir charnel ! Il est prêt à transformer Paris en un brasier des Enfers pour pouvoir coucher avec la gitane ! A un certains moment, les flammes lui donne un aspect démoniaque comme si c'était le diable en personne. En plus, sa voix est celle de Jean Piat qui a doublé Scar, niveau fourberie et sadisme, on est servis avec une voix si diabolique.

La Cathédrale de Notre-Dame : Disney a réussit à donner vie à un monument pour qu'il soit l'un des personnages principaux ! C'est un havre de paix dépassant les nuages pour montrer qu'il est proche de Dieu. Durant le climax, on dirait que la batiment se défend en prenant vie via les gargouilles. On peut remarquer cela lors de la mort de Frollo avec une gargouille prenant vie le reconduisant dans les flammes de l'Enfer. Je tiens à dire que le Palais de Justice (palais de Frollo) est juste devant elle, on dirait un affrontement en Satan et Dieu.

Ce film nous montre surtout l'hypocrisie des hommes comme Frollo ou encore la foule lors de la fête des fous. Ainsi, on met en contraste la sincérité et l'honnêteté de Quasi, Esméralda et Phoebus. Le message du film se repose sur l'idée de monstre cité au début et à la fin. On nous apprend que se sont nos actes et non notre apparences qui font de nous un homme ou un monstre et cela est démontré subtilement avec Quasi et Frollo.

Bon, je veux clarifier un point sur lequel il faut mettre les points sur les "i". Dans la Belle et la Bête, on nous apprend à aimer ce qui est à l'intérieur. Ici c'est aussi le cas sauf que des gens se plaignent qu'Esméralda finit avec Phoebus au lieu de Quasi rompant le message. Euh vous êtes aveugle ? Quasimodo n'a voulait pas qu'on l'aime par un amour éternel mais qu'on l'aime par amitié en étant son ami, qu'on l'accepte au delà de sa laideur ! C'est juste qu'il s'était fait une fausse illusion avec la chanson des gargouilles (qui sont son imaginaire)et donc normal qu'il est le coeur brisé. Mais deviné qui réunit les mains de Phoebus et Esméralda ? Quasi en personne et sans jalousie !!

Animation : Excellente, parfaite, fabuleuse, splendide, ....

Décors : IMMENSE !!! Chaque plan est juste immense ! La ville de Paris, l'intérieur de la Cathédrale, les cloches, ... Tout a une dimension de gigantisme et suivi d'un réalisme sans précédent ! C'est juste à couper le souffle.

Musique : Ce que j'ai toujours trouvé épique, c'est les chants divins avec les choeurs et tout. Disney a toujours soigné ses intros mais là, on te balance un de ces chants rythmé par les cloches. Ca envoit du lourd, du très lourd. C'est pour ça que je trouve ce film épique car la musique est juste...Divine !

Les Cloches de Notre-Dame : Introduction chanté par Clopin qui est le narrateur à la façon Marchand d'Aladdin, doublé par l'excellent Bernard Alane (qui double la Muraille aussi), on met le contexte de l'histoire en dévoilant déjà toute l'étendu de la cruauté de Frollo. Comme je l'ai dit, c'est puissant avec les chants divins.

Un jour, en bas : Chanson de la volonté de Quasi de découvrir le monde d'en bas avec une belle mise en scène où on parcourt les toits du monument. J'ai l'impression que Quasimodo se la joue Assassin's creed comme je le vois grimper le haut des tours.

Les bannis ont aussi droit à l'amour : Chanson d'Esméralda aux allures de prière montrant encore une fois la sincérité de ce personnage. Elle ne demande que de l'amour alors que les autres gens veulent gloire et richesses. Au passage, les vitraux sont magnifiques !

Infernal : C'est moi où les chansons des méchants surpassent toutes les autres ? Niveau puissance, Frollo en a ! Il essaie encore de se donner bonne conscience en se confrontant directement avec les flammes de son désir. Avant ça, on a une petite chansonnette de Quasi rêvant de l'égyptienne montrant son affection envers elle, ce qui donne un contraste avec la folie pure du juge de la posséder pour lui tout seul. Encore une fois, même si ce n'est qe devant une cheminé, les différents plans montent la puissance de cette chanson à un point qu'il en est même jugé par le Kyrie Eilison (prononcé par les capuches rouges qui doivent être des envoyés de Dieu).

Un gars comme toi : On pourrait se dire : "Qu'est-ce que ça fout là ?". Vous n'avez pas tort car malgré ses airs frenchy, cette chanson casse l'ambiance infernal du film au stade où il en ai. Mais bon, il fallait un truc pour rassurer les enfants et aussi Quasi à propos d'Esméralda. Et puis franchement, elle est bien cette chanson.

La Cour des Miracles : Pas exceptionnel, c'est juste pour montrer les circonstances que les gitans connaissent à cause de la chasse à l'homme de Frollo. N'empêche, Clopin est toujours aussi désopilant.

Il y a aussi la chanson de la fête des fous "Chaviravi" mais c'est juste là dans le contexte de l'histoire. Par contre, c'est à ce moment où on remarque une révolution de l'animation 3D : C'est une foule entière qui est animé ainsi donnant une sensation réussi d'une foule bondée !

Emotions : Joie de voir un Quasi heureux, humour avec les gargouilles et Phoebus, Tristesse pour la fausse mort d'Esméralda (le visage meurtri du bossu est juste déchirant) et un frisson, un gros cette fois avec l'un des meilleurs climax d'animation ! Paris est à feu et à sang et un énorme feu de joie va se produire et Quasi est désespéré et enchainé. C'est à ce moment où il va se relever d'une manière tellement badass qu'il casse les piliers de Notre-Dame (acceptant enfin son physique pour laisser place à son héroisme) et d'un geste à la Spider-Man, il survole la place entièrement 3D d'une façon très épique. Je vous jure que cette scène est juste extraordinaire !

Avis Personnel et conclusion : Que les inconditionnels de Hugo se relaxent un peu et accepte ce film comme il est, un des plus grands films d'animation du monde du cinéma !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1173 fois
5 apprécient · 1 n'apprécie pas

Papy_Jr13 a ajouté ce film d'animation à 2 listes Le Bossu de Notre-Dame

Autres actions de Papy_Jr13 Le Bossu de Notre-Dame