👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Camilla Jordana est confondante de naturel et de brio

Voici un film très émouvant, quand on aime les gens (préalable nécessaire). Ce film est une multi-réussite. Deux acteurs exceptionnels, Camélia Jordana et Daniel Auteuil ; d’autres tout-à-fait convaincants et attendrissants (le copain de Camélia, les copains du copain, sa mère, sa grand-mère, jusqu'au délinquant de la fin –on n’y croit pas tellement tout est juste). Et dans ce film, on est au cœur du problème. Et l’on peut répéter cela autant de fois qu'il y a de problèmes : études, panurgisme, respect, banlieue, élitisme, carrière, famille, immigrés, amour, machisme… Jusqu'à l’articulation! –L’articulation est précisément le problème de tout le monde aujourd'hui, et surtout celui des acteurs français (ça, ce n’est pas dans le film!). Mais c’est un fait que le film s’occupe beaucoup d’éloquence, donc c’est normal d’aborder l’articulation! Il y a un prétexte dans le film et l’on n’en sort pas ; on a beau toucher beaucoup de sujets sensibles, on ne s’y attarde pas. Par exemple, le mot radicalisation n’est même pas prononcé tandis que le racisme est en filigrane du début à la fin. C’est presque trop beau. Et d’ailleurs, on pourrait critiquer le film dans ce sens –mais pourquoi vouloir le critiquer dans un sens qu’il n’a pas voulu pendre?! La phrase-clé de la bande-annonce est « peu importe la vérité, l’essentiel est d’avoir raison » (en substance). Cette phrase sera bien décortiquée. A la lumière de Schopenhauer, des copains, de la famille… –mais pas de la religion. Il y a ceux qui n’ont pas oublié les mots simples car ils n’en ont pas appris d’autres ; il y a les autres qui finissent embouteillés avec leurs grands mots et qui oublient les mots simples. On est dans le juste quand Camélia entend la grand-mère dire la même chose que son immense prof d’université, avec ses mots, avec son tablier dans sa cuisine, sans même que le sujet ne soit abordé ; on est dans le juste quand Camélia rabroue son amoureux de la façon la plus nulle qui soit, la façon qu’elle a retenu jusque-là de ce prof. La fin est exceptionnelle et inattendue –il est vrai que les génies de l’éloquence sont rares quand elle rime avec intelligence et sensibilité.

TimHagine
7
Écrit par

il y a 3 ans

Le Brio
6nezfil
6
Le Brio

Le poids des mots

Depuis Ils se marièrent ..., Yvan Attal a tenté d'élargir sa palette de réalisateur, avec les résultats catastrophiques que l'on sait (Do not Disturb et Ils sont partout). Le brio peut sembler loin...

Lire la critique

il y a 4 ans

41 j'aime

1

Le Brio
SBoisse
5
Le Brio

Trop gentil

Pour paraphraser Henri Jeanson, on ne fait pas de bon cinéma avec de bons sentiments. Yvan Attal nous propose une actualisation du conte du prince et de la bergère. Jadis, les contes étaient cruels,...

Lire la critique

il y a 3 ans

23 j'aime

3

Le Brio
verypops
3
Le Brio

Un magnifique sujet réduit à néant.

C'est l'histoire d'un brillantissime et charismatique professeur de l'université Assas, un peu raciste mais plutôt incompris en fait, qui va être amené à devoir éduquer cette pauvre petite arabe de...

Lire la critique

il y a 4 ans

21 j'aime

2

La Lutte des classes
TimHagine
3

Tout cela pour finir avec un message bien pathos

Ce film aurait pu être tourné il y a une dizaine d’années. Outre le fait qu’il date, il est plein de bons sentiments mal ajustés. Autour de la mixité sociale, de l’intégration et du respect, Michel...

Lire la critique

il y a 2 ans

6 j'aime

Le Flic de Belleville
TimHagine
1

Avec toute la bonne volonté du monde Omar Sy n’est pas Eddy Murphy,

Quelle tristesse de produire ce film ! Et bonjour la référence du titre, il n'arrive même pas à la cheville du film dont soit disant il s'inspire. J'ai mis 0,5 pour les deux acteurs principaux, même...

Lire la critique

il y a 2 ans

5 j'aime

Venise n'est pas en Italie
TimHagine
6

Pour ce road movie improbable d'une famille atypique

« Venise n’est pas en Italie » ou une comédie originale qui prend cependant un peu trop son temps pour nous surprendre et nous amadouer ! Mais quand elle y parvient enfin, elle le fait sans doute...

Lire la critique

il y a 2 ans

4 j'aime