Une fantastique frayeur

Avis sur Le Carnaval des âmes

Avatar The_Singe
Critique publiée par le

Carnival of Souls n'est pas vraiment un film d'horreur, mais plutôt un film d'épouvante, qui grâce à quelques traits originaux, parvient à instaurer une ambiance de frayeur efficace tout au long du film

Si la production d'Harvey Herk utilise à l'occasion des jumpscares (Principalement les apparitions du Mystery Man, et encore, il ne s'agit pas de jumpscares à proprement parler), la plus grande force du film est de parvenir à effrayer le spectateur tout en n'ayant pas besoin de le solliciter pour construire l'atmosphère et le sentiment de frayeur. Presque tout nous est montré, dévoilé, et grâce à la mise en scène et à la performance de Henk Harvey dans le rôle du Mystery Man, on ne tombe jamais dans le kitsch ou le ridicule

La photographie est de bonne facture et joue habillement sur le format noir et blanc. J'ai relevé quelques plans très intéressants sur la dualité entre la lumière et l'obscurité et le clair-obscur, tel que [celui-ci][1] ou encore [celui-là][2]. De manière générale, la photographie et la direction artistique sont de bonne qualité pour ce film, le noir et blanc suggérant évidemment la frontière entre le monde des vivants et celui des morts

S'il y a toutefois, selon moi, quelque chose à retenir plus que tout de ce film, c'est la performance d'Herk Harvey laquelle se hisse sans conteste en haut du podium. Il arbore en permanence un sourire confident et lourd de menaces qui rend son personnage diablement effrayant. Le maquillage, qui rend son visage blafard, est emprunté à la littérature fantastique, ce qui ne rend pas moins lui et les autres revenants terrifiants. Ils ne parlent pas ; ils ricanent et s'agitent en ignorant la parole des vivants, et ainsi, l'impossibilité de communiquer avec eux leur confère un côté démoniaque

Quant au Mystery Man, Le fait de faire sentir graduellement sa présence (D'abord la nuit sur l'autoroute, puis à l'hôtel, en plein jour, et enfin jusqu'à être dans la chambre de Mary, violant son intimité et lui ôtant tout espace de sûreté) est un autre facteur qui contribue à rendre ce revenant encore plus terrifiant. On peut même y voir une forme d'attirance pour Mary, puisqu'il danse avec elle dans les dernières minutes du film et fond sur elle lorsqu'elle est à terre, il se penche sur elle avec deux autre fantômes

Le casting est toutefois assez hétérogène. Si Herk Harvey joue très bien, Candice Hilgoss à quelques moments de faiblesses. Je pense notamment à l'avant-dernière séquence où je n'arrive personnellement pas à savoir si elle crie de peur ou si elle rigole. Il y a aussi le voisin, qui est un lourdeau pas intéressant en plus moment plombe la tension instaurée par le film, assurément le plus mauvais point du film. Peut-être aussi quelques incohérences et détails mineurs

Le corps de Marie qui n'a pas du tout une apparence putréfiée alors qu'il a passé plusieurs semaines, si ce n'est plus, sous l'eau. C'est dommage, car je pense que terminer le film sur l'image d'un cadavre décomposé aurait vraiment été la cerise sur le gâteau. On peut aussi voir une des figurantes qui cligne des yeux durant cette scène, sans oublier un figurant pas maquillé par là, une coquille par-ci, etc...

Autre et dernier point remarquable : la musique. Composée par Gene Moore et reposant de manière presque exclusive sur des notes d'orgue, la bande originale de Carnival of Souls dégage tantôt une certaine mélancolie et un désespoir latent, une ambiance inquiétante et onirique, tantôt le sentiment d'urgence et de terreur. Son seul défaut est d'être parfois trop bruyante et lancinante, si bien qu'on ressort de Carnval Of Souls avec les oreilles quelques peu lourdes à cause d'une galerie sonore cacophonique. Le quasi-monopole de la bande-sonore par l'orgue (A l'exception de quelques brèves chansons à la radio), augmente l'atmosphère fantastique et mortifère du film

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 127 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de The_Singe Le Carnaval des âmes