L'étoffe des zéros ?

Avis sur Le Cas Richard Jewell

Avatar FlatFab
Critique publiée par le

On retrouve dans ce 38e film réalisé par Clint Eastwood (et un des rares dans lesquels il ne joue pas) la plupart de ses grands thèmes de prédilection : le héros déchu, l'individu écrasé par le pouvoir de l'Etat, les forces de l'ordre (ou le poids de l'ordre social, des conventions), l'accomplissement d'un destin personnel...
Sur la forme, une mise en scène assez académique, rien de fantaisiste ou de révolutionnaire.
Le film repose en grande partie sur la prestation fantastique de Paul Walter Hauser, qui habite le personnage de Richard Jewell pour son premier grand rôle au cinéma.

Le film est fondé sur "une histoire vraie", des faits qui se sont réellement passés, des personnages réels... mais il s'accorde un large droit à l'adaptation, parfois jusqu'à la fiction sur certaines scènes inventées ou tout au moins supposées : il est possible que ça se soit passé comme ça, mais sans certitude.

Etant journaliste professionnel spécialisé en questions de défense et de sécurité, j'ai ressenti deux lacunes au visionnage.

D'abord, sur le personnage de la journaliste Kathy Scruggs, campé de façon assez outrancière par Olivia Wilde qui commence par en faire des tonnes dans le genre "pétasse sans scrupules carriériste prête à tout pour un scoop", puis opère un spectaculaire revirement à la moitié du film fondé sur une simple engueulade par l'avocat adverse et une vérification de base de ses infos qu'elle aurait dû effectuer dès le début, et enfin termine en larmes dans l'empathie avec la mère de Jewell (jouée par Kathy Bates, impeccable as usual).
Bref, un personnage incohérent à mes yeux.

Ensuite, sur les motivations des agents du FBI.
Dans la mesure où le film se contente de montrer leurs actions sans les expliquer, ils passent pour d'infâmes salauds insensibles, presque inhumains. Il aurait été utile de faire comprendre au spectateur pourquoi ils se comportent ainsi, de montrer la chaîne de commandement et de décision.
Là, on a l'impression que les deux agents de terrain décident de tout tout seuls, choisissent d'enquêter sur qui et comme ils veulent, sans en référer à qui que ce soit, sans recevoir d'ordres de leurs supérieurs... ce qui les rend totalement responsables de toutes les misères qui accablent le malheureux Richard Jewell.

En résumé, un bon film de mon idole Clint Eastwood, mais pas son meilleur, loin de là.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 55 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de FlatFab Le Cas Richard Jewell