“La bombe humaine”

Avis sur Le Cas Richard Jewell

Avatar CineFiliK
Critique publiée par le

Alors qu’Atlanta accueille et célèbre les Jeux olympiques en juillet 1996, l’appliqué Richard Jewell, engagé dans la sécurité, repère un sac abandonné lors d’un concert au parc du Centenaire. Alertant sans attendre les démineurs, ceux-ci y découvrent une bombe artisanale prête à exploser. L’attentat fera un mort et une centaine de blessés. D’abord adulé pour sa sagacité, l’homme sera vite suspecté par le FBI d’être le terroriste.

Il n’a l’air de pas grand-chose ce personnage humble et rondouillard qui a appris depuis toujours à obéir à l’ordre établi. Risée d’une majorité trop sûre d’elle, ce procédurier obsessionnel fait preuve néanmoins d’un sens de l’observation incisif. Dans le rôle-titre, le peu connu Paul Walter Hauser se révèle et impressionne par sa gamme émotionnelle quand le piège kafkaïen se referme sur lui.

Rappelant le procès de Sully, Clint Eastwood profite de cette histoire vraie pour dépeindre une société toujours aussi encline à faire de ses héros d’un jour, un ennemi d’État le lendemain. Son approche griffe au passage les autorités sous pression, complices des vautours médiatiques qui se sustentent de tout écorché vif. Il ne laisse pratiquement aucune chance à sa trop caricaturale journaliste – la vorace Kathy Scruggs – plus prompte à user de ses tétons que de son stylo pour obtenir un scoop. La larme étonnante qu’elle écrase lors du discours maternel ne parvient pas à rattraper le personnage.

Malgré quelques facilités propres au cinéma américain, on se laisse sans peine embarquer et convaincre par le cas Richard Jewell.

7/10
twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 107 fois
1 apprécie

Autres actions de CineFiliK Le Cas Richard Jewell