Casse pas trois pattes à un canard

Avis sur Le Casse

Avatar BenByde
Critique publiée par le

Les courses, vous le savez, c'est sa grande passion! Qui? Mais Omar Sharif bien sûr! D'ailleurs il ne se prive pas pour monter sur un cheval à chaque fois qu'il en a l'occasion. Comme dans cette scène du film d'Henri Verneuil où il se met en selle, allez savoir pourquoi. Un gag moyennement drôle, à l'image d'un film très moyen.

Une histoire de gendarme et de voleur, tous à la recherche de la même chose : la richesse. C'est pourquoi l'inspecteur Zacharia (campé par l'hippophile susnommé) essaie d'extorquer les émeraudes qu'Azad (ça c'est Bebel) vient lui même d'extorquer à … quelqu'un. Une histoire qui ne brille pas par son originalité, et inspiré d'un roman de David Goodis que je n'ai pas lu.

Un scénario très banal que Verneuil n'arrive pas à rendre passionnant. D'abord à cause de personnages sans relief, mis à part ceux de Sharif et Belmondo. Le problème c'est que je ne crois pas que cette histoire ait été pensée comme un match en 1 contre 1. Azad à des complices, dont je ne me souviens plus du nom, c'est révélateur. Le Casse fait parti de ces nombreux films qui ont été taillés pour Bebel, bien obligé aussi de partager l'écran avec Omar Sharif qui a une vraie présence.

Ce duel entre les deux hommes aurait pu être plus convaincant si les dialogues avaient été mieux écrit. On sent une tentative d'imiter maitre Audiard avec des dialogues punchy et plein d'humour mais la plupart du temps ça tombe à plat. J'ai eu l'impression de voir des mecs qui lisent des papiers de carambar pendant une bonne partie du film. Belmondo n'est pas aussi extravagant que dans ses précédentes prestations (L'Homme de Rio, Tribulations d'un Chinois en Chine…) pourtant il en fait quand même des tonnes là où c'est absolument pas nécessaire. Et fait pas cette tête, aucune position du kama-sutra est aussi compliqué.

Comme d'habitude dans ces films beaucoup de cascades, qui m'ont moins fait frémir que celles dans Peur sur la Ville par exemple. Un autobus de la capitale grecque ça vaut pas le bon vieux métro parisien. Quant à cette course poursuite en voiture interminable elle aurait largement pu être raccourcie. Pour un film français c'est bien réalisé mais surfait et un brin répétitif.

Ennio Morricone peu inspiré, à l'image du reste de l'équipe, nous pond une petite mélodie entêtante, histoire de faire le bouleau mais pas plus.

Il reste peu de chose à sauver de ce film. Un Omar Sharif plutôt bon, la scène du casse au debut du film assez prenante, et je garde aussi la scène du restaurant qui let Belmondo et Sharif face à face de belle manière. Bien trop peu pour un Verneuil qui nous livre ce qui est dans doute son film le moins intéressant.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 66 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de BenByde Le Casse