Trio électrisant !

Avis sur Le Cavalier électrique

Avatar Chicago
Critique publiée par le

Pour commencer il y a bien sûr l'impeccable duo que forment Robert REDFORD et Jane FONDA,
pourtant le premier tiers du film, avec son ambiance disco et son symbolisme insistant, ne laisse rien augurer de bon. Mais après, quand les seconds rôles inintéressants disparaissent de l’écran, que nos deux stars se retrouvent seules dans l’Amérique des pionniers, le film devient un « road movie » pédestre tout à fait sympathique, absolument irréaliste, mais souvent drôle et gentiment passéiste.
Les destinées de l’homme et de l’animal se rejoignent : tous deux vont fuir l’aliénation de la société de consommation dont ils sont victimes pour tenter de retrouver la nature et la liberté.
Sidney Pollack et Robert Redford (qui se prépare déjà à murmurer à l’oreille des chevaux…), nous font partager à merveille le destin de personnages épris liberté et des espaces vierges et sauvages, comme dans « Jeremiah Johnson » et « Out of Africa ».
Ça pourrait être mièvre et exaspérant, mais Sydney sait préserver un ton mi-figue mi-raisin, une ironie distanciée, et un ton adulte, qui font oublier l’absurdité d’un tel scénario. Autour des stars, d’excellents seconds rôles comme John Saxon, Valerie Perrine, Wilford Brimley ou Willie Nelson ,( qui interprète plusieurs chansons dans la bande son ) qui se contentent des miettes.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 294 fois
1 apprécie

Autres actions de Chicago Le Cavalier électrique