Un aveugle fait le guet

Avis sur Le Chat à neuf queues

Avatar Fatpooper
Critique publiée par le

Bon je l'aurais sûrement découvert tôt ou tard parce que Argento est un de ces cinéastes qu'il me faudra explorer, mais c'est après avoir traîné au Bistro des Horreurs que j'ai décidé de me le choper au plus vite il y a quelques semaines... enfin bon, mon engouement est vite retombé car en le lançant ce soir je ne savais même plus de quoi ça parle, je me souvenais juste que c'est de Argento.

Je dois préciser que je ne suis pas fan de Giallo, du peu que j'en ai vu. Je fus donc surpris d'apprécier le film quand il fut terminé... puis de découvrir qu'il n'est pas très Giallo ce Giallo... héhé, ceci explique peut-être cela ? En tous cas j'ai apprécié l'histoire. L'intrigue policière est un peu longuette et comporte les défauts habituels de ce genre, à savoir des rebondissements un peu faciles et un piétinement de l'enquête un peu trop forcé. Mais en contre-partie on a des scènes génialement étirée. Je pense par exemple à celle dans le cimetière.

C'est aussi grâce au travail de mise en scène que ça marche, il y a une réécriture du scénario par l'image, par le découpage, par le montage. Car si le réalisateur avait bêtement suivi son histoire, ça aurait donné lieu à un thriller banal. Ce qui rend le film si prenant, ce sont ces envolées scéniques qui semblent figer le temps. C'est au fond quelque chose que j'apprécie beaucoup dans un cinéma, lorsque le réalisateur parvient à dilater le temps, à s'approprier un espace, à créer tout un monde par un jeu de plans et une maîtrise du rythme. Ça me fait penser aux films qu'un copain réalise : il peine toujours à instaurer cette échappée spacio-temporelle, il se contente de juste couper et caser un maximum d'idées dans chaque plan. Pour moi ce n'est pas mettre en scène, c'est juste filmer des trucs et les mettre bout à bout. Dans son dernier film, il a tout de même réussi à arrêter le temps à deux reprises : c'est encore maladroit et trop bref, mais ce sont pour moi de vrais moments de cinéma, où il prend son temps pour se consacrer à quelque chose que lui seul a pu voir et a voulu nous montrer.

Soit, pour en revenir au film, j'apprécie le travail de la caméra dans sa globalité : les mouvements sont bien gérés, difficile d'ailleurs de s'imaginer que le bougre puisse tomber si bas de nos jours avec des productions ultra cheap et maladroites. La photographie est également très plaisante, il y a de belles idées. Parfois c'est un peu maladroit, on se demande pourquoi, comme ce passage, toujours dans le cimetière, où l'on adopte le point de vue d'un chat : ça n'apporte rien à l'histoire, même pas de suspense... mais c'est quand même intéressant comme plan.

Les acteurs sont bons aussi. Faut dire qu'il y a de beaux personnages. L'aveugle est vraiment chouette, dommage que sa comparse soit si vite et si longtemps absente du film. Le journaliste est chouette aussi. Les autres aussi. Et les acteurs endossent leur rôle avec facilité et efficacité.Le ton humoristique sied très bien à l'ambiance : c'est un humour parfois assez surréaliste mais discret, comme ce passage ahurissant où l'aveugle fait le guet... La musique est également efficace, un peu expérimentale, étonnante, prenante.

Bref, c'était assez chouette à découvrir ; j'ai pas vu beaucoup de ses films à Argento et celui-ci me donne envie de m'y attaquer ! Mais pour quand ?

PS : je trouve que ça fait vachement penser à du DePalma aussi !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 542 fois
5 apprécient

Autres actions de Fatpooper Le Chat à neuf queues