Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Fly me to the Moon

Avis sur Le Conte de la princesse Kaguya

Avatar BoldBoy
Critique publiée par le

25 ans (!) après "Le tombeau des lucioles", chef d'oeuvre incontesté du second couteau des studios Ghibli et près de 15 ans après son dernier film en date, Isao Takahata s'essaye cette fois-ci au conte traditionnel.

On aurait pu croire que le temps avait rempli son office et désensibiliser l'art du conteur fantastique qu'est M. Takahata mais il n'en est rien et il nous le prouve en signant d'un trait de maître une oeuvre où l'extraordinaire côtoie le merveilleux. Les dessins, tous somptueux, viennent sublimer une histoire d'apparence simplette mais profondément humaniste avec comme figure de proue la magnifique Kaguya, princesse lunaire, née d'une pousse de bambou et envoyée sur terre pour nous rappeler qu'il est bon de vivre sur la bonne vieille planète bleue.

D'aucuns trouveront l'histoire laborieuse, lente voire lassante ; ceux-là mêmes qui sont avides de rebondissements et d'action regretteront de ne pas être allé voir le film d'à côté où les baffles font vibrer les parois d'une salle de cinéma empli d'un silence pieux. Même s'il est vrai que le film accuse quelques faiblesses de rythme, notamment lors de l'enfance de pousse de bambou, comment ne pas s'émerveiller devant les insectes, les bêtes sauvages et les fleurs en même temps qu'elle, comment également ne pas s'émouvoir de l'amour que porte un père à sa fille ou rire des couardises de ses prétendants ? Celui qui ne ressent rien à la vue d'un cerisier en fleurs ou du rire d'un enfant, celui-là, nous souffle Tchekhov, souffre indéniablement d'une paralysie de l'âme.

Car c'est bien de ça qu'il s'agit ici. En dehors de tout propos politiques, moraux ou esthétiques, c'est à la peinture d'une âme qu'on assiste. Et quelle âme ! On ne peut rêver âme plus pure que celle de Kaguya, princesse resplendissante qui met en lumière nos plus obscurs travers. Qui peut mieux qu'elle donner un point de vue sur notre planète et nos moeurs, elle qui vient d'ailleurs ? Sur ce point "Kaguya Hime" ressemble à s'en méprendre à un autre conte, Français celui-ci, il s'agit bien évidemment du "Micromégas" de Voltaire.

"Kaguya Hime" n'égale pas "Le tombeau des lucioles" mais il le tutoie en majesté visuelle, s'en approche dans son écriture et le rivalise en beauté pure.

/!\ SPOILER /!\

(Pour ceux qui se demanderaient après une critique aussi dithyrambique pourquoi j'ai noté si bas, j'indiquerai que lors de la scène finale, où le pathos est à son comble, mon amie, pas très inspirée par le film, m'a chuchoté à l'oreille que Kaguya n'était pas irrésistiblement attirée par les habitants de la lune mais qu'elle s'y rendait en moonwalk... S'en est suivi un fou rire et Smooth Criminal qui ne me quitta pas l'esprit jusqu'à la fin un tantinet culcul. Ah, et Hisaishi.)

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 590 fois
22 apprécient

BoldBoy a ajouté ce film d'animation à 2 listes Le Conte de la princesse Kaguya

  • Films
    Cover Vus ou revus en 2014

    Vus ou revus en 2014

    Avec : Petits Meurtres entre amis, Le Hobbit : La Désolation de Smaug, Princesse Mononoké, Mon voisin Totoro,

  • Films
    Affiche Le Conte de la princesse Kaguya

    Films : mes critiques

    Avec : Le Conte de la princesse Kaguya, Le vent se lève, La vie est belle, Le Prestige,

Autres actions de BoldBoy Le Conte de la princesse Kaguya