👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Lorsqu'il découvre une enfant à l'intérieur d'une tige de bambou, un modeste paysan la recueille et l'élève, en étant persuadé qu'il devra en faire une princesse, ce qui ne l'intéressera pourtant pas forcément...

Cofondateur du studio Ghibli avec Hayao Miyazaki, Isao Takahata livre enfin le successeur de Mes Voisins les Yamada (sorti en 1999) avec Le Conte de la princesse Kaguya. Il adapte ici un conte populaire japonais et nous fait doucement suivre la vie et le destin de cette princesse découverte dans un bambou, élevé d'abord dans un milieu paysan où elle était heureuse avant d'apprendre une éducation noble et de voir plusieurs prétendants frappés à sa porte.

C'est avec délicatesse et émotion qu'il met en scène cette histoire aussi simple que belle et bien traitée. Long et souvent contemplatif, ce n'est jamais ennuyant grâce à l'atmosphère mise en place, souvent envoûtante et mélancolique mais aussi de la beauté de l'ensemble et les personnages, surtout cette princesse. Préférant une vie simple mais heureuse à celle superficielle d'une princesse, elle va régulièrement à l'encontre des mœurs alors en vigueur. On se sent assez vite proche d'elle où on la voit découvrant la vie et la terre, rencontrant des nouveaux amis et voyant l'essence de la vie et le bonheur s'éloigner peu à peu. Takahata en fait ressortir toute l'émotion et l'intensité, en étant subtil mais surtout simple, sans lourdeur ou excès, mais vraiment beau... et terriblement émouvant.

Visuellement c'est de toute beauté, assez épurée avec des couleurs pastels et un trait fin faisant corps avec l'atmosphère mise en place. S'attachant parfois à de simples détails, il livre de magnifiques tableaux regorgeant d'idées et propose une musique qui est en osmose avec l'ensemble. Créatif, Takahata livre un film passionné et sincère où il met son personnage face à la vie, des choix importants, les premiers rires, pleurs, amours ou doutes, le tout avec sensibilité.

Malgré l'arrêt de Miyazaki, le studio Ghibli montre qu'il peut encore compter sur des créateurs talentueux, passionné et sincère à l'image d'Isao Takahata qui retrouve ses pinceaux plus de 15 années après sa dernière production et livre là un portrait humain aussi beau que mélancolique et touchant.

il y a 6 ans

49 j'aime

10 commentaires

Le Conte de la princesse Kaguya
Hypérion
8

かぐや姫

Isao Takahata réalise avec Kaguya-hime no monogatari une merveille visuelle. S'appuyant sur le meilleur des techniques d'animation dernier cri, son équipe accouche d'un défilé époustouflant d'images...

Lire la critique

il y a 8 ans

104 j'aime

10

Le Conte de la princesse Kaguya
Eren
10

On en mangerait d'ces nuages !

On ne le dira jamais assez, mais il existe une synergie avec les films GHIBLI. Une sorte d'osmose devant laquelle on peut tous rester ébahi sans l'avoir été pour les mêmes raisons, sans avoir été...

Lire la critique

il y a 8 ans

86 j'aime

10

Le Conte de la princesse Kaguya
SeigneurAo
9

Takenoko !

Le conte de la Princesse Kaguya est passionnant à plusieurs titres. Le plus évident est l'envoûtement visuel et auditif procuré tout au long de la séance. Première collaboration entre Takahata et...

Lire la critique

il y a 8 ans

66 j'aime

44

Gone Girl
Docteur_Jivago
8
Gone Girl

American Beauty

D'apparence parfaite, le couple Amy et Nick s'apprête à fêter leurs cinq ans de mariage lorsque Amy disparaît brutalement et mystérieusement et si l'enquête semble accuser Nick, il va tout faire pour...

Lire la critique

il y a 7 ans

167 j'aime

29

American Sniper
Docteur_Jivago
8

La mort dans la peau

En mettant en scène la vie de Chris The Legend Kyle, héros en son pays, Clint Eastwood surprend et dresse, par le prisme de celui-ci, le portrait d'un pays entaché par une Guerre...

Lire la critique

il y a 7 ans

146 j'aime

31

2001 : L'Odyssée de l'espace
Docteur_Jivago
5

Il était une fois l’espace

Tout juste auréolé du succès de Docteur Folamour, Stanley Kubrick se lance dans un projet de science-fiction assez démesuré et très ambitieux, où il fait appel à Arthur C. Clarke qui a écrit la...

Lire la critique

il y a 7 ans

137 j'aime

40